Les familles des skieurs tués dans une avalanche en février à Cauterets portent plainte

© M.Dubieilh/France3 Occitanie
© M.Dubieilh/France3 Occitanie

Après l'avalanche qui a tué trois skieurs en février dernier à Cauterets dans les Hautes-Pyrénées, les familles ont décidé de porter plainte. Les trois hommes originaires de Bordeaux et de Poitiers n'étaient pas imprudents selon leurs proches. Les familles évoquent un éventuel problème de balisage.

Par Juliette Meurin

Les corps des trois skieurs avaient été retrouvés en secteur hors piste le 15 février dans la station de Cauterets dans les Hautes-Pyrénées. Leurs familles avaient signalé leur disparition la veille en ne les voyant pas revenir.
Les secours qui avaient entamé les recherches dès le 14 février jour de la coulée de neige avaient du interrompre leurs recherches en raison de la nuit et du mauvais temps.


Des skieurs habitués à respecter les règles de sécurité


Les familles décident aujourd'hui de porter plainte pour négligence dans les mesures de sécurité. La plainte devrait être officiellement déposée d'ici la fin de la semaine à Tarbes.

Par la voix de leur avocate, maître Maryannick Braun, elles se disent indignées de ne pas avoir été entendues lors de l'enquête préliminaire et affirment que les trois hommes étaient habitués a respecter les règles de sécurité.

Les trois hommes ne se connaissaient pas tous. Deux d'entre eux originaires de Bordeaux étaient à Cauterets pour la première fois, ils avaient déjeuné au restaurant d'altitude avec leur compagne et leurs enfants et ils étaient partis skier tous les deux. Les mamans avaient accompagné les enfants à l'école de ski et ce sont elles qui ont alerté les secours après l'avalanche en ne voyant pas leur conjoint revenir. Selon elles, ce n'était pas dans leurs habitudes de faire du hors piste.
Le troisième homme décédé, domicilié à Poitiers n'était pas non plus un adepte du ski hors piste.

Un défaut dans le balisage des pistes ?


L'avocate des familles s'insurge que l'on ait "tout de suite fait croire  qu'il s'agissait de skieurs imprudents qui auraient bravé les interdits". Maître Braun précise qu'il faut "envisager comme hypothèse que ces trois hommes aient pu se perdre dans des conditions météorologiques calamiteuses" et précise que l'enquête doit déterminer "si le balisage des pistes et des contours du domaine skiable présentaient des conditions de sécurité adéquates".

Le directeur de la station de Cauterets joint par téléphone n'a pas souhaité s'exprimer pour "ne pas interférer dans l'enquête en cours".

Voir le reportage de Régis Cothias et Emmanuel Fillon



Sur le même sujet

Sète (34) : les Assises de la mer et la visite du ministre de l'Agriculture

Les + Lus