Feux de végétaux, écobuages, le point sur la réglementation dans les Hautes-Pyrénées

Publié le
Écrit par Juliette Meurin
Photo d'archives. Un écobuage à Ancizan dans les Hautes-Pyrénées
Photo d'archives. Un écobuage à Ancizan dans les Hautes-Pyrénées © LAURENT DARD / MAXPPP

Les pompiers des Hautes-Pyrénées ont dû intervenir ces derniers jours sur des feux de végétaux avec des conséquences parfois graves. Un homme a été brûlé aux mains. Mais la pratique de l’écobuage très encadrée est plutôt bien respectée dans le département.

Les écobuages sont fréquents en ce moment dans les Hautes-Pyrénées. Cette pratique réservée aux agriculteurs est très encadrée. Elle est autorisé entre le 1er novembre et le 30 avril.


Ces derniers jours des feux mal maitrisés ont nécessité l’intervention des pompiers mais ils n’avaient pas été déclarés. Un homme a notamment été brûlé aux mains sur la commune de Saint-Savin.
A Ilhet samedi, les hommes du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) ont dû intervenir pour un feu de broussailles non déclaré. Une enquête de gendarmerie est en cours. Mais d’une manière générale, "la pratique de l’écobuage est bien respectée dans le département", souligne le commandant Angé, responsable des opérations au SDIS 65. "Il y a très peu de débordement. On a eu des journées avec 30 écobuages déclarés et aucune intervention. Il y a une réglementation très facile à mettre en œuvre".

C’est quoi l’écobuage ?

L’écobuage est réservé aux agriculteurs. Il permet d’entretenir les espaces de pâture et de maintenir une bonne qualité fourragère pour les animaux. Pour cela des végétaux sont brûlés, parfois sur pied. Il s’agit d’éliminer des ligneux ou des refus de pâturage. Ce sont des brûlages pastoraux dirigés.

Une pratique très encadrée

Ces écobuages doivent être déclarés. Soit 15 jours avant, à la mairie du domicile et sur le site internet Serpic.net ; la demande est alors examinée par une Commission Locale d’Ecobuage (CLE). Soit un mois avant afin que le maire puisse informer les pompiers, les gendarmes et les communes avoisinantes. Dans le 1er cas après avis de la CLE, l’incinération peut être réalisée durant toute la période autorisée, dans le 2ème cas (hors passage en CLE) seule la période de 10 jours figurant sur la déclaration permet de réaliser l’incinération.

Les riverains installés à moins de 200 mètres doivent être prévenus et le matin du brûlage, l’agriculteur doit avertir à nouveau le maire et les pompiers. Il doit également surveiller le feu en permanence jusqu’à l’extinction et être joignable par le service d’incendie et de secours.

Il faut rappeler qu’il est interdit de brûler les déchets verts issus des jardins (tonte de pelouse, taille, feuilles) en raison de la pollution dans les fumées de ce type de déchets.

Les sanctions

Plusieurs types d’amendes sont prévues par la loi en cas de non respect.

  • 450 euros pour le brûlage de déchets verts
  • 750 euros pour un feu allumé à moins de 200 mètres d’un terrain boisé
  • 750 euros également en cas d’incinération interdite de végétaux sur pieds à moins de 200 mètres d’un terrain
  • 3750 euros et 6 mois de prison en cas d’incendie involontaire de forêt, bois, landes, maquis, plantation ou reboisement
  • Et jusqu’à 7500 euros et un an de prison en cas d’incendie involontaire suivi d’inaction fautive

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.