Hautes-Pyrénées : beaucoup (trop ?) de logements vacants

Dans les Hautes-Pyrénées, il y a beaucoup de logements vacants, plus que dans que le moyenne nationale. Dans certaines communes, les chiffres sont même trois fois plus élevés.

Des logements vacants, il en existe à foison en France. On en compte plus de 1,1 million laissés libres depuis au moins deux ans. Le ministère de la Transition écologique a mis en ligne les statistiques par communes et communautés de communes (ou d’agglomération). L'occasion de voir concrètement ce qu’il en est autour de soi. 

La situation est très différente selon les territoires. Surprise, les Hautes-Pyrénées se distinguent dans ce classement. Il y a de quoi se loger dans ce département. Exemple dans la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, de la loin la plus peuplée et la plus "urbaine" dans les Hautes-Pyrénées.  14,5 % de logements sont vacants. Sur ses 66 599 logements, 9 657 sont vides. Problème : c’est beaucoup plus que la moyenne nationale. Et le taux de logements vacants depuis au moins deux ans est de 6,8 % (4 517), soit le double du chiffre national. 

5 630 logements vacants à Tarbes

Ce n'est pas beaucoup mieux dans la plupart des autres communautés de communes. Adour-Madiran présente un taux de vacance de 13,3 % (avec 7,8 % depuis au moins deux ans) ; celle de la Haute-Bigorre, 12,9 % (dont 7,2 % depuis au moins deux ans).

Si on se place à l’échelle communale, on a la confirmation de cette disponibilité de logements. Les deux plus grandes villes - Tarbes et Lourdes - ne présentent pas un bilan très positif. La ville de Tarbes cumule 5 630 logements vacants pour un parc de 24 536. Soit un taux de vacance de 22,9 % (Ici, les logements vacants depuis au moins deux ans sont trois fois plus nombreux qu’au niveau national (10,7 %). 

Même situation préoccupante à Lourdes. Dans la cité mariale, 1 454 logements sont vides pour un parc de 9 366 (15,5 %), dont 682 depuis au moins deux ans (7,3 %).

Quand on prend de l'altitude, la situation change. Clairement, Saint-Lary-Soulan et Cauterets font cavalier seul. Exemple avec la plus grande station de ski pyrénéenne, qui ne compte que 67 logements vides depuis au moins deux ans sur… 4 771 ! Soit un taux de vacance de 1,4 %). 

Ce problème est pris très au sérieux par le gouvernement. En juillet 2021, le gouvernement a lancé un plan national de lutte contre les logements vacants en France. « La remise sur le marché de ces logements inoccupés permettrait de participer à la redynamisation des territoires détendus, de constituer une offre abordable complémentaire au parc social dans les territoires tendus et de se substituer à la construction neuve de logements par artificialisation des sols », explique le ministère de la transition écologique.

Pas sûr que cela suffise à redynamiser le marché de l'immobilier en France. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société