Législatives 2022 : Marine Le Pen en visite à Agde pour soutenir les candidats RN de l'Hérault

Publié le Mis à jour le

A 3 jours du premier tour des Législatives, Marine Le Pen est venue soutenir les candidats du Rassemblement national dans l'Hérault. Elle a choisi de rencontrer les électeurs sur le marché d'Agde, ce jeudi matin. Une station balnéaire où la candidate du RN était arrivée largement en tête, en avril dernier.

Marine Le Pen à Agde, c'est un déplacement qui a été organisé au dernier moment. Une rencontre avec les candidats et les électeurs pour mobiliser les troupes avant le vote de dimanche.

"C'est la dernière chance", sur le marché d'Agde qui a voté à plus de 60% pour Marine Le Pen à la Présidentielle, d'espérer transformer l'essai aux Législatives malgré la déception des militants, l'abstention qui menace et la concurrence d'Eric Zemmour.

La cheffe de file du Rassemblement national lance à un homme en chaise roulante,
venu prendre un selfie avec elle.

Il faut empêcher Emmanuel Macron d'avoir les pleins pouvoirs puisqu'il n'y aura plus d'élections" avant les Européennes en 2024 et les Municipales en 2026.

Marine Le Pen, candidate et députée RN sortante du Pas-de-Calais.

L'occasion pour la candidate RN de vivement critiquer la politique et le bilan d'Emmanuel Macron et surtout de tirer à boulets rouges sur Jean-Luc Mélenchon et son mouvement d'alliance à gauche avec la NUPES.

Une union, qui dans l'Hérault, pourrait reléguer les candidats RN en 3e position dimanche et les priver ainsi d'une qualification pour le second tour. Contrairement à 2017, où le FN était au second tour dans 7 circonscriptions sur 9.

Pourtant, elle espère remporter au moins une circonscription de plus dans le département, la 5e (Bédarieux, Clermont, Lunas, La Salvetat) ou la 7e (Agde, Pézenas, Sète, Florensac, Servian), en plus de la 6e déjà aux mains d'Emmanuelle Ménard, candidate à sa succession.

Une charge contre Mélenchon et Macron

Jean-Luc Mélenchon est "le candidat des voyous. C'est le candidat de l'impunité pour les délinquants et les criminels. C'est celui qui veut ouvrir les prisons et qui accuse les forces de l'ordre de tuer des citoyens", a renchéri en conférence de presse Marine Le Pen, qui voit une "convergence totale" entre la NUPES et la majorité présidentielle Ensemble.

Elle a aussi précisé qu'elle n'entendait pas participer à la Convention nationale de refondation d'Emmanuel Macron qui doit réunir les forces vives du pays sur les réformes à venir.

"Tout cela est une vaste escroquerie. En tout cas, je ne participerai pas à quelque structure que ce soit qui vise à retirer du pouvoir à l'Assemblée nationale, qui est la représentation du peuple français, alors même que les pouvoirs de l'Assemblée nationale n'ont eu de cesse d'être limités dans les cinq dernières années" explique-t-elle.

Je ne participerai pas à l'aggravation de cette situation par des comités théodules fabriqués pour les gogos.

Marine Le Pen.

Des partisans applaudissent la candidate à la terrasse d'un snack. "Ça fait plaisir", se réjouit son gérant Michel Basile, convaincu que le RN "va passer" aux Législatives vu qu'à la Présidentielle "elle a gagné dans tout l'Hérault".
Fabienne Varesano est également "optimiste". Elle est suppléante d'Aurélien Lopez-Liguori, candidat dans la 7e circonscription, où Marine Le Pen a réuni 56,1% des voix.

"Dehors les fascistes", crie une femme dans les travées, tandis qu'une autre prend un selfie avec Marine Le Pen en faisant un doigt d'honneur. Deux jeunes filles voilées, Inès et Samia, prennent une photo avec Marine Le Pen. "Elle est gentille, et pour la crise elle est mieux que Macron", estime Inès. Mais elle ne votera pas RN, car elle "veut nous enlever notre voile".