Météo : un temps chaud et venteux annoncé cette semaine, gare aux risques de noyades sur les plages

Publié le
Écrit par Isabelle Bris

Un mort et huit débuts de noyades, ce dimanche, sur les plages de l'Hérault. La SNSM met en garde les baigneurs cette semaine : un fort vent du Sud-Est est annoncé avec un mercure à plus de 30°, il faudra redoubler de prudence sur les plages qui ne sont pas encore surveillées.

La saison estivale n'a pas encore commencé que l'on déplore déjà un décès sur le littoral héraultais : dimanche, un homme de 75 ans est mort noyé à Agde dans l'Hérault, près de la plage des Roquilles. Les pompiers ont également sauvé huit personnes de la noyade entre Portiragnes et Valras, ce 15 mai.

Les secours sont intervenus sur la plage, les victimes ayant été sorties de l'eau par des personnes présentes sur les lieux. La SNSM a effectué plusieurs sorties en mer pour demander aux baigneurs de se rapprocher de la terre ferme, entre Valras et Vendres. 

Le danger : un vent de Sud-Est qui s'est levé vers 15 heures et qui provoque un phénomène bien connu sur nos plages : les vagues rebondissent sur la côte et entraînent les baigneurs au large.

Comme un billard à trois bandes, la vague arrive, tape sur la côte et repart au large

Philippe Toustou, SNSM Hérault

"Les vagues ne se cassent pas sur le littoral avec le vent de Sud-Est. Cela fonctionne comme un billard à trois bandes, la vague arrive, tape sur la côte et repart au large. Beaucoup de baigneurs se dont piéger" explique Patrick Toustou, délégué interdépartemental de la SNSM de l’Hérault.

Un mercredi chaud et dangereux 

Si ce dimanche a été agité pour les sauveteurs en mer, mercredi prochain, cela risque d'être du même acabit : en effet, Météo France prévoit une journée très chaude avec un mercure à 34 degrés à Montpellier et, en plus, le retour du vent du Sud-Est avec des rafales à plus de 50 kilomètres heures. 

Il faut rester vigilant, les postes de secours ne sont pas encore opérationnels et même si nous pouvons arriver sur place en moins de dix minutes, c'est long quand on est en danger dans la mer !

Patrick Toustou,

responsable SNSM Hérault

En effet, à la mi-mai, les plages du littoral héraultais restent encore sans surveillance. Ce sont les municipalités qui ouvrent les postes de secours. Pour la plupart, ils demeurent inhabités jusqu'en juin.

Avec plus de cent kilomètres de plage, le département de l'Hérault pointe à la quatrième place des sites les plus touchés par ce type d'accidents.

L'an dernier, du 15 mai au 15 septembre, les pompiers de l'Hérault sont intervenus sur près de 200 débuts de noyade, principalement en mer: 25 personnes y ont perdu la vie, mais 170 personnes ont pu être sauvées.