Il dit avoir obéi à une "voix surnaturelle" : le maire d’Agde incarcéré pour détournements de fonds publics

Gilles d’Ettore, 55 ans, a été placé, jeudi, en détention provisoire. Le maire d’Agde dans l’Hérault est soupçonné d’avoir détourné des centaines de milliers d’euros d’argent public. Il assure avoir été contacté par une "voix de l’au-delà" lui commandant ces dépenses présumées, selon une source policière. Une voyante a aussi été emprisonnée.

Gilles d'Ettore avait été interpellé et placé en garde à vue mardi, alors que la mairie d'Agde avait été perquisitionnée. La défense de l'édile n’a pas convaincu les enquêteurs, le parquet et le juge d’instruction. Il a été mis en examen et placé en détention provisoire, jeudi 21 mars 2024.

"Abattu, effondré"

Gilles d’Ettore, le maire Les Républicains d’Agde, célèbre station balnéaire de la Méditerranée, dormira donc en prison ce jeudi soir. Il a été incarcéré pour détournements de fonds par une personne dépositaire de l'autorité publique, prises illégales d'intérêts et corruption, confirme son avocat Me Jean-Marc Darrigade à Camille Thomaso et Yannick Le Teurnier de France 3 Occitanie. L'avocat évoque "un homme abattu, effondré".

À LIRE AUSSI - Enquête pour escroquerie : Gilles d'Ettore, le maire d'Agde arrêté par la police et en garde à vue

"Le juge de la liberté et de la détention a décidé de placer Monsieur Gilles d’Ettore en détention, suite à sa mise en examen dans l’après-midi (...) pour des faits de prise illégale d’intérêt et de détournement de bien public, a détaillé l'avocat. Des faits sur lesquels il s’est exprimé longuement en garde à vue et encore aujourd’hui" au tribunal de Béziers.

Mandat de dépôt

Maire d’Agde depuis 2001 et président de la Communauté d'agglomération Méditerranée Hérault depuis 2003, Gilles d'Ettore a été arrêté à son domicile, mardi matin. Placé en garde à vue, déféré au tribunal de Béziers jeudi matin, il a ensuite été présenté à un juge d'instruction. Le parquet avait requis son placement en détention provisoire, confirmé par le juge de la liberté et de la détention.

Une proche de Gilles d'Ettore, une "femme de son entourage, exerçant une activité de voyante et médium" selon le procureur de la République Raphaël Balland avait également été placée en garde à vue mardi et entendue par les enquêteurs. La "voyante, médium et guérisseuse" a été emprisonnée jeudi soir, a confirmé à France 3 Me Jean-Marc Darrigade. Elle est incarcérée à la prison de Nîmes.

Son mari, lui aussi déféré jeudi au tribunal de Béziers, a été placé sous contrôle judiciaire. Il est "l'actuel directeur des services techniques de la mairie d’Agde", précise le procureur. Au total une quarantaine de personnes ont été entendues par les enquêteurs.

"La voix", l'argent et les emplois

L'affaire paraît rocambolesque. Gilles d'Ettore, maire de l'une des plus grandes stations balnéaires d'Europe, est soupçonné d'avoir utilisé des fonds publics au bénéfice de proches. "Ce sont des accusations qu’il conteste", dit son avocat Me Darrigade. Le maire recevait des instructions d'une "voix", explique le procureur, et "cette femme, qu’il considérait comme sa fille, était douée de pouvoirs surnaturels."

À LIRE AUSSI - Il dit avoir entendu "des voix de l'au-delà" : un maire de l'Hérault soupçonné de détournement de centaines de milliers d'euros d'argent public

Parmi les bénéficiaires présumés de l'argent détourné, la voyante et son mari. Au cours de sa garde à vue, celle-ci a reconnu avoir utilisé "un stratagème consistant à modifier sa voix auprès de nombreux interlocuteurs, y compris les membres de sa famille et ses proches amis, détaille le parquet. En utilisant au téléphone cette voix d'apparence masculine, posée et rauque, elle réussissait à leur faire croire qu'ils étaient en conversation avec un être surnaturel provenant de l'au-delà."

En conversation avec un être surnaturel provenant de l'au-delà.

Procureur de la République à Béziers

communiqué du jeudi 21 mars 2024

Le maire d'Agde était devenu l'un de ses plus proches amis depuis leur rencontre en mai 2020. Par sa ruse, elle a convaincu l'édile de recruter "cinq personnes membres de la famille de cette femme ou de son proche entourage amical, dont son propre mari en qualité de directeur technique de la mairie."

Présomption d'innocence et appel

"C'est elle qui évoque des sommes qui lui ont été remises, dit Me Darrigade qui réfute que des "deniers publics ont transité vers le compte de cette femme". "L’enquête devra déterminer si ces sommes existent et, si elles existent, d’où elles proviennent." Affirmant "qu'on reconnaît à Monsieur d'Ettore la qualité de victime", le conseil se dit "surpris" de la décision de placer son client en détention provisoire.

Mettre en prison un élu de la République, c'est une décision gravissime.

Me Jean-Marc Darrigade, avocat de Gilles d'Ettore

Plusieurs centaines de milliers d'euros - 300 000 selon une source proche de l'enquête - auraient été détournés pour financer notamment des travaux réalisés dans la maison de la voyante. L'avocat rappelle que Gilles d'Ettore est présumé innocent et explique avoir déjà fait appel de la décision de mise en détention de son client.

Le procureur de la République à Béziers a lui aussi insisté, dans un communiqué partagé jeudi soir, sur la une présomption d'innocence du maire d'Agde, de la voyante et son époux. Il précise que la détention provisoire a été demandée pour "préserver les investigations à venir en empêchant toute pression sur les témoins et les autres personnes mises en cause, et pour éviter toute réitération des faits."

Depuis 2001, Gilles d'Ettore est maire LR d'Agde. La commune du littoral de l'Hérault, compte 30 000 habitants permanents et jusqu'à 200 000 résidents durant l'été. Président de la communauté de communes Méditerranée Hérault, il a également été député UMP de l'Hérault entre 2007 et 2012.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité