Salon nautique à Agde : la pénurie de bateaux d'occasion à vendre fait grimper les prix

La 23e édition du salon nautique d'automne du Cap d'Agde se tient jusqu'au 1er novembre. 200 exposants sont présents pour accueillir 50.000 visiteurs sur 5 jours. Mais l'engouement des dernières années pour la plaisance met le marché de l'occasion et les vendeurs sous tension.

Des prix qui s'envolent et un marché qui a le vent en poupe, depuis quelques années le nautisme surfe sur la vague du succès. Mais cela ne fait pas pour autant le bonheur de tous. Car neufs ou d'occasion, les bateaux sont rares... donc chers. Cette année, le salon propose environ 500 bateaux à acheter.

"Depuis le Covid, les mentalités ont changé sur le nautisme. Les gens ont compris qu'ils pouvaient s'évader à quelques heures seulement de chez eux, en bateau, au large des côtes" explique Liliana Costanza, commissaire du Salon nautique 

Plus facile à dire qu’à faire au vu du prix d’un bateau neuf alors si certains viennent à Agde pour signer, d’autres en attendant, se contentent de rêver sur les pontons du salon. Pour beaucoup, un bateau, c'est encore un produit de luxe.

Le marché de l'occasion au top

Les bateaux neufs étant rares, chers et souvent avec des délais de livraisons très importants, beaucoup de plaisanciers ou futurs propriétaires optent pour des produits d'occasion. Mais là aussi, le marché est en forte tension, les prix ont explosé et les bateaux disponibles peu nombreux. En 5 ans, la hausse moyenne est de 10 à 20% voire 50% pour certains modèles très en vogue.

D'autant que les réparations sont de plus en plus longues. Moteur, radio ou composants électroniques, les fournisseurs peinent à trouver des pièces détachées. Les clients doivent donc s’armer de patience. 

"En saison, c'est toujours difficile de réparer les bateaux et de trouver des pièces détachées. Et avec le contexte actuel, cela ne va pas s'arranger" se désole Jérôme Alibert, monteur accastilleur.

Alors face à ces pénuries, même le marché de l'occasion est saturé. Et certains bateaux en attente d'équipements ou de réparations restent à sec.

On voit beaucoup moins de bateaux d'occasion sur l'eau que les autres années. Et il y a des anneaux vides sur les pontons car on manque de bateaux.

Sylvain Pereyre, président de l’APN, Association des Professionnels du Nautisme.

Pour estimer les retombées des ventes du salon, il faudra attendre quelques semaines. Le temps que les plus hésitants se jettent à l’eau.