Coronavirus : 5 détenus condamnés en justice après la mutinerie à la prison de Béziers

5 détenus ayant commis des dégradations et des violences lors des incidents survenus au sein du centre pénitentiaire de Béziers le 21 mars, ont été jugés lundi soir. Certains ont été condamnés à des peines de prison ferme par le tribunal correctionnel. 

Le tribunal de Grande Instance de Béziers, dans l'Hérault
Le tribunal de Grande Instance de Béziers, dans l'Hérault © AFP
Dimanche, l'Administration pénitentiaire avait promis une réponse "ferme" à l'encontre des détenus ayant participé à des mouvements collectifs de protestation dans les prisons, mises sous cloche pour limiter la propagation du coronavirus.
           
Dès l'annonce mardi de la suspension des parloirs pour les familles venant rendre visite aux détenus, décision liée au confinement général de la population française, des incidents ont eu lieu dans plusieurs établissements pénitentiaires, notamment à Béziers dans l'Hérault.

La majorité des 188 établissements pénitentiaires n'ont pas été touchés mais dans une trentaine d'entre eux des actions collectives ont éclaté : les détenus ont refusé de réintégrer les cellules après les promenades dans les cours des prisons.

Samedi à Béziers, ces protestations se sont accompagnées de dégradations.
 

Selon le communiqué de presse de Raphaël BALLAND, procureur de la République près le TGI de Béziers, 5 détenus  ont donc été condamnés dans le cadre de ces événements lundi soir en comparution immédiate : 
Des investigations sont encore en cours pour identifier d'autres auteurs des dégradations commises au sein du centre pénitentiaire. Le préjudice est estimé à plus de 20 000 €.

Cinq détenus testés positifs en France

Pour le moment en France, 5 détenus ont été testés positifs au coronavirus, selon la Chancellerie.

L'un d'entre eux est un détenu du centre pénitentiaire de Villeneuve-lès-Maguelone, près de Montpellier dans l'Hérault.

Cet homme était en "isolement sanitaire, en cellule individuelle, depuis deux jours",  selon la direction de l'administration pénitentiaire.
    
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société faits divers coronavirus/covid-19 santé