• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

À Béziers, le collège lutte contre les fake news

Les fake news, ou fausses informations, pullulent sur internet et atteignent les jeunes via les réseaux sociaux / © RITCHIE B. TONGO / maxppp
Les fake news, ou fausses informations, pullulent sur internet et atteignent les jeunes via les réseaux sociaux / © RITCHIE B. TONGO / maxppp

Les "fake news", ou fausses informations, pullulent sur internet et les réseaux sociaux. Parmi leurs cibles privilégiées, les jeunes. C'est pourquoi le collège Pic La Salle, à Béziers, dispense des cours pour les détecter. 

Par ED et Daniel De Barros

"Tous les élèves de l'académie de Montpellier auront une épreuve d'Arts Plastiques cette année." annonce, réjoui, Olivier Ganan, dessinateur et professeur en arts plastiques au collège Pic La Salle de Béziers, à ses élèves de 3 ème. Une petite révolution pour le brevet des collèges? Le formateur distribue un document "officiel" aux élèves, surpris. 

Pourtant, il s'agit d'une fake news orchestrée par le professeur lui-même

Là en fait c’est faux. Ce n'est pas vrai. Alors pourquoi vous y avez cru, c’est ça qui est important.

Ensemble, professeur et élèves décortiquent le mécanisme de la manipulation. Un travail nécessaire pour ces jeunes exposés aux fake news, selon Olivier Ganan.

Ils y ont énormément accès avec leur téléphone et leur façon de s’informer. Ils passent de moins en moins par la télé ou les journaux mais par des vidéos sur les réseaux sociaux ou autres. Donc c’est important qu’ils aient des codes pour pouvoir décrypter les informations.

► Reportage de Daniel De Barros, Enrique Garibaldi, et Frédéric Frankel : 

Les collègiens le reconnaissent. Les fake news font partie de leur quotidien, admet Mathilde.

Ca se diffuse vite, du coup on y croit, souvent. On ne fait pas trop attention. Peut-être que l’on s’informe mal. On pourrait mieux s’informer, pas que par les réseaux sociaux, on pourrait prendre les journaux, les interview… pour être sûrs de l'information.

Trop de fake news, et c'est décevant, pour Guilhem, en 3ème.

Sur Snapchat, il y a beaucoup de faux journaux qui mettent des fake news, on a envie d’y croire, mais on ne sait pas si c’est vrai ou si c’est faux, et c'est dommage. 

Ces élèves ont désormais trois semaines pour fabriquer leur propre fake news, avec ses procédés. Car l'on ne combat efficacement que ce que l'on connait bien.

Logements en Occitanie : le témoignage de Victorine, habitante du quartier Saint Jacques de Perpignan

Les + Lus

Les + Partagés