Béziers : féminicide et meurtre, marche blanche ce jeudi à la mémoire de deux femmes mortes sous les coups

Publié le
Écrit par Isabelle Bris

Une féminicide et un meurtre très violent : deux jeunes femmes de moins de 40 ans ont perdu la vie à deux jours d'intervalle, mi-mai à Béziers. Une marche blanche est organisée ce jeudi 26 mai en mémoire de ces deux biterroises. Des roses blanches seront déposées près des lieux des meurtres.

Une marche blanche citoyenne, destinée à soutenir les familles et les proches des victimes, est organisée ce jeudi 26 mai, par le collectif "Les Simone veillent" à Béziers.

Le cortège partira à 10 heures du commissariat de police et s'arrêtera à proximité des deux lieux des crimes pour déposer des roses blanches : d'abord boulevard Clémenceau, là ou Claire, 37 ans, a été assassinée par son ancien conjoint lundi 16 mai, puis en bas des allées Paul Riquet, au plateau des Poètes, où une femme de 32 ans a été massacrée le week-end des 14 et 15 mai.

Hommage, solidarité et soutien, seront les mots clés pendant ce parcours pour ces malheureuses femmes, tuées dans des circonstances atroces.

Chantal Lapuerta,

responsable du collectif "Les Simone veillent" de Béziers

"La ville est sous le choc, nous invitons Béziers à rendre hommage à ses filles. C'est un combat pour toutes les femmes, nous ne parlerons pas des circonstances, nous ne voulons pas nous substituer à la justice" souligne la responsable du collectif.   

 

Sur la page Facebook du collectif, on peut aussi lire cet avertissement : "Tous les protagonistes écharpés seront priés de se situer en fin de cortège afin d’éviter toute récupération politique, ceci étant également valable pour les candidats engagés aux prochaines élections".

Meurtre d'une femme de 32 ans au plateau des Poètes

Un double hommage : d'abord pour une biterroise de 32 ans étranglée et rouée de coups dans un parc près de la gare à Béziers dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 mai. C'est un SDF qui se trouvait à proximité, alerté par des hurlements qui a prévenu la police.

Les secours ont tenté en vain de réanimer cette jeune femme qui portait de nombreuses traces de violences sur tout le corps. En revanche, l'autopsie n'a pas permis de détecter des traces de violences sexuelles, selon le parquet de Béziers.

Pour le moment, le mystère reste entier car les deux hommes, un temps suspectés et placés en garde à vue, ont été libérés.

La justice a lancé un appel à témoins pour tenter d'élucider cette affaire.

Etranglée et poignardée à 10 reprises

24 heures plus tard, un féminicide avait lieu avenue Clémenceau : Claire, mère de famille, mourrait étranglé chez elle par le père de ses enfants. 

L'autopsie a confirmé la mort part étranglement. La jeune femme a également été poignardée à dix reprises alors qu'elle était inconsciente.

Son assassin, un quadragénaire sorti de prison depuis quelques semaines, avait envoyé un texto à la mère de la victime pour lui signifier la mort de sa fille puis appelé les gendarmes le jour même en fin d'après-midi, pour se rendre. Placé en détention provisoire, il risque désormais la réclusion criminelle à perpétuité.

Les deux enfants du couple, âgés de 12 et 17 ans, ont été confiés à des membres de la famille maternelle.

Des collègues de travail et des amis de la victime devraient participer à la marche blanche de jeudi.