Béziers : les gérants d'un salon de massages sulfureux condamnés à 2 ans de prison avec sursis pour proxénétisme

Leur établissement de massage à Béziers était en réalité un lieu de prostitution. Un couple de quinquagénaires a été condamné par le tribunal correctionnel pour proxénétisme aggravé et exécution de travail dissimulé. Ils avaient recruté plusieurs "masseuses" pour des actes de nature sexuelle.

Les "faux" salons de massages sont souvent une couverture pour la prostitution, à l'image du plus grand salon de massages érotiques à Genève. Illustration.
Les "faux" salons de massages sont souvent une couverture pour la prostitution, à l'image du plus grand salon de massages érotiques à Genève. Illustration. © Grégory YETCHMENIZA/AFP

L'enquête a été menée début 2016 mais le couple interpelé à l'époque avait continué, depuis, à pratiquer des massages, à son domicile de Boujan-sur-Libron, cette fois, malgré sa mise en examen et son placement sous contrôle judiciaire.
Vendredi dernier, au terme d'une longue procédure d'instruction, le tribunal correctionnel de Béziers a condamné l'homme et la femme, âgés respectivement de 58 et 56 ans, à deux ans d'emprisonnement avec sursis et 25.000 euros d'amende chacun pour proxénétisme aggravé.

Massages en totale nudité

Le 4 janvier 2016, les policiers du commissariat de Béziers sont prévenus par un appel anonyme qu’un établissement de massage tenu par un couple et situé à Béziers est en réalité un lieu de prostitution. Rapidement, l’enquête permet d’établir que les prestations réalisées dans cet établissement comprennent des actes de nature sexuelle. Les massages sont pratiqués en totale nudité, selon un protocole établi par le couple qui a recruté et formé plusieurs masseuses travaillant sous couvert d’un statut d’auto-entrepreneur.

Récidive à domicile après une 1ère mise en examen

Les deux suspects sont interpelés le 4 avril 2016 et placés en garde à vue. Puis une information judiciaire est ouverte par le parquet de Béziers. Présenté au magistrat instructeur, le couple affirme alors pratiquer des massages à philosophie naturiste et tantrique.

Malgré leur mise en examen et leur placement sous contrôle judiciaire le 6 avril 2016, ils continuent ensuite leur activité par le biais d’un nouveau site internet créé par l’homme. Ce site prônait des massages "naturistes et tantriques" tandis que la femme recevait les clients au domicile du couple, ce qui a conduit à une nouvelle interpellation du couple et de nouvelles mises en examen.

100 000 euros confisqués et 50 000 euros d'amende

Les deux Boujanais ont été condamnés à 2 ans d’emprisonnement avec sursis, 25.000 euros d’amende chacun et l’interdiction d’exercer une activité de soin ou de bien-être pendant 5 ans.
Le tribunal correctionnel de Béziers a également prononcé la confiscation d’une somme d’environ 100.000 euros, ainsi que deux véhicules qui avaient été saisis pendant l'instruction.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers sexualité femmes