Béziers : tirs de mortiers contre la police à la Devèze

Ils sont intervenus contre la destruction d'une caméra de sécurité à la Devèze. Deux équipes de la BAC et de police secours ont été prises à parti après 23h, la nuit dernière à Béziers. Une trentaine d'individus ont jeté des projectiles et procédé à des tirs de mortiers avant d'être dispersés.

Le quartier de la Devèze à Béziers est en Zone de Sécurité Prioritaire. Un secteur couvert depuis 2009 par des patrouilles mixtes Police nationale-Police municipale pour lutter contre incivilités et trafics.
Le quartier de la Devèze à Béziers est en Zone de Sécurité Prioritaire. Un secteur couvert depuis 2009 par des patrouilles mixtes Police nationale-Police municipale pour lutter contre incivilités et trafics. © Google maps

C'est la 3ème fois en moins d'une semaine que les policiers de Béziers se heurtent à des délinquants dans le quartier de la Devèze. Mais la nuit dernière, la situation a été particulièrement tendue et le face à face entre les jeunes de la cité et la police s'est poursuivi tard dans la nuit, sans faire de victime, heureusement, d'après nos dernières informations. Le tout, en plein couvre-feu.

Le vandalisme d'une caméra de sécurité, point de départ de l'affrontement

Hier soir lundi, tout a commencé par un véhicule incendié afin de détruire une caméra de sécurité, au pied de la passerelle Nelson Mandela. Une équipe de la Brigade Anti Criminalité (BAC) intervient vers 23 heures mais est empêchée de sortir de sa voiture par une trentaine de personnes. Même sort pour l'équipe de Police secours qui arrive en renfort. Tirs de projectiles, mais aussi de mortiers pour chasser les forces de l'ordre qui finiront tout de même par maîtriser la situation.

La situation a dégénéré, on a dû envoyer d'autres policiers en renfort et riposter aux tirs de mortiers et d'artifices. Il n'y a pas de blessés dans nos rangs et de l'autre côté, personne n'est venu se plaindre...

Capitaine Fernandez, commissariat de Béziers.

Le ras-le-bol exprimé par un syndicat de police

Les policiers de Béziers, et notamment le syndicat Unité SGP Police FO, s'insurgent contre ces agressions à répétition et craignent que la situation ne dégénère : "Trop, c'est trop" a réagi hier soir Fabrice Aebi, représentant du syndicat Unité SGP Police FO du Littoral, devant nos confrères du Midi Libre. "Ces individus ne veulent qu'une seule chose, casser du flic. Ils multiplient les actes de violence qui sont de plus en plus démesurés. Il n'y a plus de limite. Jusqu'à présent, le professionnalisme de mes collègues a permis d'éviter un drame. Jusqu'à quand ?".

De son côté,  Alliance Police Nationale "félicite l’ensemble des policiers intervenants qui ont fait preuve une nouvelle fois d’un grand professionnalisme". Le syndicat espère "que les promesses de renforts, confirmées par le  Président de la République, lors de sa visite à Montpellier arrivent rapidement".
Le renforcement des effectifs de la police, une douzaine de policiers supplémentaires annoncés pour Béziers en septembre, est très attendu par les forces de l'ordre de la ville, même si les syndicats redoutent que ce soit insuffisant, au regard des départs en retraite prévus. Le quartier de la Devèze est depuis longtemps le théâtre d'actes de violence, dont le paroxysme a été l'école entièrement brûlée en 2019.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers violence confinement santé covid-19