Cet article date de plus de 4 ans

Boujan-sur-Libron annonce une grande feria

À l'heure où de nombreuses ferias réduisent la voilure et où certaines arènes envisagent même de ne plus accueillir de corrida à l'espagnole, le village de Boujan-sur-Libron garde le cap. Le programme de la feria torista annoncée pour le début de cet été devrait attirer la foule.
Du 30 au 2 juillet 2017, le village de Boujan-sur-Libron, dans la banlieue de Béziers accueille 4 spectacles "toristas".
Du 30 au 2 juillet 2017, le village de Boujan-sur-Libron, dans la banlieue de Béziers accueille 4 spectacles "toristas". © Toros y Campo
Il faut noter que l'abonnement pour les 4 spectacles proposés dans cette feria coûte 60 euros. Qui dit mieux?
Voici les temps forts de la feria.

Vendredi 30 juin : 4 erales de Pourquier pour les élèves de l'AFAP (sans mise à mort)

Samedi 1er juillet, 18h30 : 6 novillos de Los Maños pour Andy Younès, Tibo Garcia  et Adrien Salenc.
La ganadería "à la mode " cette saison et la terna des trois espoirs de la tauromachie française : probablement une des affiches les plus alléchantes du moment!

Dimanche 2 juillet : journée Dolores Aguirre.

Matin (11h) : 4 erales de Dolores Aguirre (sans picador) pour Crristian Montoro (école taurine de Moralzarzal), Carlos Carmona (Madrid), El Père et Rafi Roucoule (Centre français de Tauromachie, Nîmes).

Soir (18h) : 6 novillos de Dolores Aguirre pour Miguel Ángel Pacheco, Luis Manuel Castellanos et Maxime Solera. Les novillos seront écartés par Baptiste Bordes.
Si le mexicain Castellanos est encore inconnu dans le secteur, les aficionados se souviennent sans doute de Miguel Ángel Pacheco (20 ans, Cadix). Il a remporté en août dernier le prix "Carcassonne Afición" après avoir coupé l'oreille d'un novillo de Miura, le premier de sa carrière. Quant à Maxime Solera, originaire de Fos sur Mer et ancien élève de l'école taurine de Saragosse, il fait en 2017 ses débuts comme novillero avec picadors.

Boujan 2017 : le programme complet



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro culture tauromachie