Charles Bousquet, «Crayon guidant le peuple» au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, ou la transmission aux jeunes

Septembre 2014, il sauve des campeurs d'inondation dans sa commune de Lamalou-les-Bains. Janvier 2015, il est un symbole des Français défilant pour la liberté d'expression après les attentats contre Charlie Hebdo. Le réalisateur Charles Bousquet va tourner un film sur la transmission aux jeunes.

Originaire de Lamalou-les-Bains (Hérault), Charles Bousquet de retour au pied de cette statue qu'il a chevauché pendant des heures pour défendre la liberté d'expression le 11 janvier 2015.
Originaire de Lamalou-les-Bains (Hérault), Charles Bousquet de retour au pied de cette statue qu'il a chevauché pendant des heures pour défendre la liberté d'expression le 11 janvier 2015. © FTV

Quelques jours après le sanglant attentat terroriste contre le journal satirique Charlie Hebdo, des millions de Français descendent dans la rue. Pour condamner l’acte odieux, dénoncer le terrorisme, l’intégriste religieux, mais aussi défendre la liberté d’expression et les valeurs de la République française. Place de la Nation à Paris, le cortège s’arrête et entonne La Marseillaise, l’hymne national.

Pour voir l’étendue du cortège, un jeune comédien et réalisateur héraultais âgé de 22 ans, Charles Bousquet grimpe sur l’une des statues du « Triomphe de la République », du sculpteur Jules Dahou, qui orne le lieu.

Le crayon guidant le peuple

Après les attentats, comme bon nombre de Français, j’ai été meurtri par ce qui s’était passé. C’était assez irréel. On avait tous envie d’exprimer cette colère qu’on avait en nous. J’avais envie d’assister à cet évènement depuis un point en hauteur.

 Charles Bousquet, comédien et réalisateur

Au moment de grimper, il emprunte un crayon géant à un autre manifestant, symbole de l’écriture qui doit rester libre dans notre démocratie : « Pour qu’il se voit mieux d’en haut ! ».

Pendant près de 5 heures, Charles Bousquet a brandi ce crayon géant, immortalisé sur les reportages des télévisions et photographies de journalistes du monde entier.
Pendant près de 5 heures, Charles Bousquet a brandi ce crayon géant, immortalisé sur les reportages des télévisions et photographies de journalistes du monde entier. © FTV

Il va rester là-haut, perché, plusieurs heures. Agitant régulièrement ce crayon : « je voyais toutes les grandes artères de Paris converger vers cette place, inondées de monde. » Deux journalistes, Stéphane Mahé (photographe pour l’agence Reuters) et Martin Argyroglo (photographe indépendant) vont le « shooter » comme l’on dit à trois heures d'intervalle et immortaliser son geste.
En quelques heures, le deuxième cliché devient viral sur les réseaux sociaux à travers le monde, partagé plusieurs dizaines de millier de fois. Le lendemain, le premier cliché va faire la Une des principaux journaux du monde entier : Le Monde (France), The Times et The Daily Telegraph (Grande-Bretagne), El Periodico et La Razon (Espagne), La Repubblica (Italie), La Libre Belgique (Belgique)...

Et la photographie sera même affichée en grand format (13 mètres sur 8) sur la façade du Centre Pompidou à l'initiative de la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin. Deux clichés qui ont pris le surnom de « Le crayon guidant le peuple », allusion au tableau d’Eugène Delacroix, « La Liberté guidant le peuple ». 

Retour sur terre

Ces photographies du « Crayon guidant le peuple » sont dans la bibliothèque familiale de Lamalou-les-Bains. La commune natale dans laquelle il s'était aussi illustré quelques mois auparavant, en septembre 2014, au moment des tragiques et meurtrières inondations qui avaient fait 4 morts du côté du camping municipal : il avait contribué à sauver des campeurs à la dérive dans les flots.

Depuis cette « célébrité du moment », Charles Bousquet a continué son travail de comédien et de réalisateur, tranquillement :

Cette photographie n’a pas changé ma vie. Mais j’ai une certaine fierté. Pas une fierté égocentrique, mais celle d’être sur une photo devenue iconique qui représente le peuple rassemblé pour défendre la liberté d’expression.

 Charles Bousquet, comédien et réalisateur

En janvier 2018, trois ans après les faits, il confiait à France Info, qu’il ne se faisait pas d'illusion sur l'ampleur de ce mouvement collectif :

On ne va pas se mentir, c’est un moment qui est resté éphémère. Vous voyez ce qui s’est passé pour la nuit du Nouvel An, la policière qui a été tabassée. "Je suis Charlie", ça a été assez sali.

 Charles Bousquet, comédien et réalisateur

Une allusion à l'agression d'une policière à Champigny-sur-Marne, la nuit du 31 janvier 2017.

Un projet de long-métrage sur les jeunes de Lamalou-les-Bains

Ses premiers pas dans le spectacle, il les a faits notamment à Lamalou-les-Bains. Comme jeune comédien mais aussi comme travailleur saisonnier à la confection de décor. Allant jusqu’à camper avec des copains sur la place du théâtre et du casino pour surveiller les décors réalisés en extérieur : « Avec les copains, on avait passé une super nuit ! ».

C'est sur cette place du Théâtre de Lamalou-les-Bains que Charles Bousquet a gardé des souvenirs de ses premiers pas d'apprentis comédiens.
C'est sur cette place du Théâtre de Lamalou-les-Bains que Charles Bousquet a gardé des souvenirs de ses premiers pas d'apprentis comédiens. © FTV France 3 Occitanie / C. Pioch

Après le Bac, cap sur la Faculté de Cinéma à Montpellier, puis Ecole supérieure en la matière à Paris. 

Depuis son « exil » professionnel, Charles Bousquet revient régulièrement à Lamalou-les-Bains. Pour y voir sa famille, mais aussi pour y travailler. Comme avec ses amis d'enfance, qu'il connaît depuis les bancs de l'école maternelle locale : Fayssal Djedoui alias le rappeur Fayssal LaDalle et Thomin Del Pozzo alias Magnus, beatmaker.

Il a ainsi écrit et réalisé le clip de la chanson « Pommettes » du tandem Fayssal Ladalle - Magnus, sur le premier album du rappeur héraultais sorti à l'automne 2020. Le tournage s'est fait dans les décors de la côte languedocienne, autour de Villeneuve-lès-Maguelone.

Le prochain projet de Charles Bousquet devrait aussi se tourner dans le secteur. Cette fois-ci, il s’agira de son premier long métrage, avec une demande d’aide du Centre National du Cinéma :  « C’est un projet qui me tient à cœur depuis longtemps. L’histoire de jeunes de la région des Hauts-cantons héraultais. Une histoire basée sur des faits réels qui ont vu une soirée en boite de nuit dans les années 90 dégénérer. Trente ans plus tard, les adultes se retrouvent et racontent leurs conneries... sans se rendre compte que leurs enfants, la nouvelle génération, entendent tout. Et vont vouloir refaire pareil...".

Nom du scénario (et du film prévu) : "Héritage". Avec un message :

On ne se rend pas assez compte du poids que peuvent transmettre nos parents, nos aînés en racontant certaines choses. Surtout pour des jeunes qui veulent aussi quelque part faire parler d'eux... J'ai un ami, sa grand-mère, ses oncles, ses cousins...sont allés en prison. Pourquoi ? Il m'a raconté qu'il avait trop entendu parler de leurs mésaventures de jeunesse. Faut faire attention à l'exemple que l'on peut donner...

Charles Bousquet, comédien et réalisateur

Du sauvetage de campeurs au "Crayon" symbole de liberté d'expression, Charles Bousquet a en tout cas lui bien choisi, même inconsciemment, ses exemples à transmettre. 

Charles Bousquet est l'un des invités de l'émission Rendez-Vous en Terrain connu diffusée ce vendredi 26 mars 2021 à 18h40 sur France 3 Occitanie, avant le journal régional.

 

Eau, amie et ennemie autre invitée de l'émission Rendez-Vous en Terrain Connu à Lamalou-les-Bains (Hérault)

Parmi les autres thématiques de l'émission Rendez-Vous en Terrain Connu à Lamalou-les-Bains (Hérault) diffusée ce vendredi 26 mars 2021 sur France 3 Occitanie dans l'avant-journal qui commence à 18h30 :

* Comment Lamalou-les-Bains a pensé ses plaies après les tragiques inondations de septembre 2014, s'est réaménagée et a adapté son urbanisation ? 

* L'eau aussi une force pour cette commune de 2 500 habitants avec notamment ses Thermes, 4ème de la région, mais aussi ses centres de rééducation. Une eau surveillée par des spécialistes.

Pour en parler : 

* Guillaume Dalery, maire de Lamalou-les-Bains et président de la Fédération Thermale d'Occitanie

* Talita Müller, ingénieure hydrogéologue

Présentation : Camille Nowak et Olivia Boisson

Rédaction en chef : Christophe Chassaigne - Philippe Sans

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentats de paris faits divers terrorisme attaque au siège de charlie hebdo société presse cinéma culture témoignage