"Si jamais il y a un feu, ils sont pris au piège" : 3 000 personnes réunies pour une rave party illégale dans l'Hérault

Jusqu'à 3 000 fêtards se sont rassemblés dans la nuit du vendredi 4 août au niveau du massif de l'Espinouse, à Castanet-le-Haut dans l'Hérault pour une rave party non-déclarée. Le maire de la commune craint pour leur sécurité et les risques d'incendie.

Le dernier rassemblement a eu lieu il y a à peine deux semaines. Une rave party non déclarée s'est implantée sur un site éolien au niveau du massif de l'Espinouse, à Castanet-le-Haut (Hérault), dans la nuit du vendredi 4 août.

"Au plus fort, ils étaient 3 000 à peu près", témoigne Max Alliès, le maire de Castanet-le-Haut, qui se rend régulièrement sur place. Certains véhicules sont même immatriculés dans des pays européens frontaliers. Si le bruit des enceintes ne dérange pas plus que ça les habitants de la commune de 200 habitants, le souci se situe plutôt au niveau du respect des règles sécuritaires.

Risques d'incendie

"Le problème ici, c'est que c'est un milieu forestier communal, soumis à la sécheresse et aux vents forts, explique l'élu, également président de la fédération des chasseurs de l'Hérault. Ils allument parfois des feux sur place, on essaye de les sensibiliser en leur expliquant que si jamais ça se propage, ils seront pris au piège. En plus, leurs véhicules sont tous garés les uns à côté des autres, donc si un d'entre eux s'enflamme, tous les autres vont prendre."

Autre souci, l'accès pour les pompiers à la zone en cas d'incendie. "Le site est géré par EDF Renouvelable, il est important de respecter les accès de sécurité vers les installations industrielles, rappelle l'édile. On essaye d'en discuter avec les jeunes, mais c'est compliqué lorsqu'il n'y a aucun cadre réglementaire ni organisateur qui officie. On leur a dit qu'il y avait des événements légaux à proximité pour faire la fête, mais ils ont répondu que ça ne les intéresse pas."

Je ne peux pas garantir leur sécurité à cet endroit. Si un feu se propage, ils seront pris au piège.

Max Alliès, maire de Castanet-le-Haut (Hérault)

L'édile divers gauche se demande enfin dans quel état de propreté va être retrouvé le site après le départ des raveurs.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité