La ville de Béziers supprime les menus sans porc dans des cantines scolaires

Mauvaise surprise pour nombre de parents d’élèves : depuis la rentrée, lundi 4 janvier, les repas "sans porc" ne sont plus proposés dans les cantines de certaines écoles primaires. Reste une alternative : menu végétarien ou classique. Certains dénoncent un coup politique de mauvais goût.

Depuis lundi 4 janvier 2021, les menus "sans porc" ont disparu des menus dans les cantines des écoles Edouard-Herriot et Louis-Pasteurde à Béziers. Une seule alternative au menu classique existe désormais : le menu végétarien.
Depuis lundi 4 janvier 2021, les menus "sans porc" ont disparu des menus dans les cantines des écoles Edouard-Herriot et Louis-Pasteurde à Béziers. Une seule alternative au menu classique existe désormais : le menu végétarien. © FTV

Suite à des problèmes sanitaires, les écoles maternelles et élémentaires de Béziers ont changé de prestataire pour assurer les repas à la cantine. A cette occasion, la mairie a décidé de modifier l'offre de repas : désormais, les parents doivent choisir, pour l'année entière, entre des menus classiques ou végétariens.

Pour les enfants des familles qui ne mangent pas de porc, cela signifie en fait devoir éliminer toutes les viandes de leur assiette, car comme l’expliquent certaines mamans musulmanes, elles n’ont pas la garantie de ne pas en avoir dans le menu classique.

« Coup politique »

Une trentaine de parents d'élèves écoles Edouard-Herriot et Louis-Pasteur s’est mobilisée pour réclamer le retour à l'ancienne formule. Ils ont alerté SOS Racisme qui dénonce une décision sans concertation et demande au maire Robert Ménard de revenir à l'ancienne formule.

"Nous ne sommes pas dans une démarche communautariste, nous sommes de fervents défenseurs de la laïcité qui permet à tous de vivre ensemble", affirme Meddy Nedir, le président de SOS Racisme Béziers.

Nous espérons que ce n’est pas encore un coup de com’ de certains hommes politiques, ce qui serait particulièrement sordide car au détriment d’enfants innocents.

Meddy Nedir Pdt SOS Racisme Béziers

 

Même son de cloche du côté de la fédération des conseils de parents d’élèves de l’Hérault qui dénonce une injustice, voire une provocation. La FCPE 34 demande également au maire de Béziers, Robert Ménard, de faire machine arrière.

À la FCPE, on se dit surpris de voir un dispositif comme ça disparaître du jour au lendemain, avec une information aux parents arrivée parfois très tardivement. "Les enfants ont besoin d’avoir un repas équilibré, d’autant plus que pour certains élèves dont les familles sont en grande difficulté, le repas de la cantine c’est le seul de la journée."  souligne Christophe Pavageau, le président de la FCPE 34 au micro de France Bleu Hérault.

Je ne vois pas pourquoi, du jour au lendemain, on fait disparaître cette possibilité qui n’avait jamais offusqué personne.Cela stigmatise les gens de confession musulmane.C’est quelque chose de purement politique !

Christophe Pavageau, président FCPE 34 

Pas d’obligation légale

Robert Ménard, sollicité par plusieurs médias, a préféré répondre par un communiqué. Il y précise que la loi n'impose pas la mise en place de repas sans porc et que les familles ont été averties début décembre par des flyers et lettres d'information, puis relancées pendant les vacances scolaires

"Les services municipaux ne reçoivent jamais de revendications de la part de familles de confession juive, au contraire de certaines familles de confession musulmane qui, en plus de bénéficier de repas sans porc, étaient de plus en plus nombreuses à demander de la viande certifiée "halal". Ces mêmes familles imposaient à leurs enfants de ne pas manger la viande présente dans leur assiette, ce qui augmentait mécaniquement le gaspillage alimentaire » peut-on lire dans ce communiqué.

Les repas sans porc étaient proposés dans les cantines des écoles avant l’élection de Robert Ménard à la mairie de Béziers en 2014.

Ils avaient été maintenus au cours de son premier mandat.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société religion polémique politique robert ménard