"C'est que de la gentillesse et de l'ouverture d'esprit", à la rencontre des teufeurs dans une rave party de l'Hérault

Une rave party est en cours près de la commune de Claret, dans l'Hérault, dimanche 2 juin. France 3 s'est rendue sur place pour interroger l'esprit de ce type de rassemblement, alors que la préfecture prolonge leur interdiction jusqu'au 30 septembre 2024.

Environ 1000 personnes participent actuellement à une rave party illégale, dimanche 2 juin, sur un terrain communal à Claret, dans l'Hérault.

Alors que la préfecture vient de prolonger l'interdiction de ce type de rassemblement, France 3 s'est rendue sur place pour questionner les teufeurs. 

Des raves réputées en Europe

"Je suis là pour profiter, ça me libère de tous les poids de la semaine", témoigne une jeune femme au micro d'Armelle Goyon. Le garçon qui l'accompagne enchaîne : "C'est que de la gentillesse, de l'ouverture d'esprit et de la bonne humeur"

"On est tous égaux ici", explique un couple venu d'Italie qui considère que "les teufs françaises sont géniales pour cette raison"

Quand on lui demande si elle compte nettoyer les lieux, une participante répond qu'il s'agit d'"une des règles d'or" de la rave. "On apprécie faire la fête dans la nature parce qu'on aime la nature. On est beaucoup à se mobiliser pour nettoyer". 

Des poubelles ont été distribuées aux participants. Des pancartes rappellent qu'il ne faut rien jeter par terre. D'autres stipulent que "les propos racistes, sexistes et les comportements transphobes ne sont pas les bienvenus" sur les lieux. 

Un arrêté d'interdiction cet été

Le maire de Claret se dit aussi très concerné par l'état du domaine à l'issue du week-end. Dans un entretien donné à nos confrères de France Bleu, Philippe Tourrier rappelle que la rave s'organise sur un espace naturel sensible. L'élu compte d'ailleurs déposer plainte au nom de la commune.

Le Code de la sécurité intérieure exige que les "rassemblements festifs à caractère musical" soient déclarés lorsqu'ils réunissent plus de 500 personnes. Non déclarées, les rave parties comme celles de Claret sont donc, de fait, illégales. 

Mais la préfecture de l'Hérault s'est récemment donnée plus de moyens pour les réprimer cet été. Depuis le mois d'avril, un arrêté réaffirme l'interdiction de ces rassemblements, ainsi que le transport du matériel sonore utilisé en rave. Vendredi 31 mai, cet arrêté a été prolongé jusqu'au 30 septembre. 

400 personnes verbalisées

Bien souvent, cela n'empêche pas la tenue des évènements. À cinquante contre 1000, la police ne fait par exemple pas le poids pour évacuer les teufeurs de Claret. 

L'arrêté permet en revanche aux forces de l'ordre de saisir du matériel ou de verbaliser des participants plus rapidement, et cette fois pour des nouveaux motifs : transport de matériel sonore ou participation à une manifestation interdite.

Selon nos informations, plus de 400 personnes ont été verbalisées à Claret, tandis qu'un participant a été évacué une personne depuis vendredi.

Il existe en tout cas un fossé entre le discours des autorités et celui des teufeurs rencontrés par France 3. Questionnée à Claret, une participante aimerait voir ce fossé réduit : "Je comprends que certaines personnes nous voient comme des 'deglingos' qui n'en ont rien à foutre, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. C'est important de ne pas faire de généralités". 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité