Cambriolage du Jardin Saint-Adrien à Servian : “la justice se trompe” selon l'avocat du propriétaire

© France 3 LR
© France 3 LR

Ce jeudi matin, la cour d'appel de Montpellier a refusé de remettre en liberté Daniel Malgouyres, propritaire du Jardin Saint-Adrien à Servian. Pour son avocat, "la justice se trompe", mais il y a tout de même "une avancée", selon lui. Explications.

Par Zakaria Soullami - F3 Languedoc

Daniel Malgouyres, le propritaire du Jardin Saint-Adrien à Servian, a vu sa 2ème demande de remise en liberté refusée par la cour d'appel de Montpellier.

"La justice se trompe" selon l'avocat du propriétaire


Joint par téléphone par France 3 Languedoc-Roussillon, Me Jean-Marc Darrigade, avocat de Daniel Malgouyres, propritaire du Jardin Saint-Adrien à Servian, assure que "la justice se trompe" dans cette affaire. La justice "commet une erreur en le mettant en détention, et elle en commet une autre en le maintenant en détention", poursuit Me Darrigade, qui se dit "contrarié" car "il n'y a rien dans le dossier".

Une "avancée" dans cette affaire


La cour d'appel de Montpellier s'est prononcée sur deux procédures. Daniel Malgouyres était poursuivi pour meurtre et pour complicité de cambriolage commis sur son épouse. Mais le code pénal prévoit une "immunité familiale entre époux".
"Pas d’infraction de vol entre ascendant et descendant, entre conjoints, qui s’appliquera tant que les époux ne sont pas en instance de séparation ou de divorce et ne sont pas autorisés à résider séparément." (article 311-12 issu de la Loi nº 2006-399 du 4 avril 2006 art. 9 Journal Officiel du 5 avril 2006). La cour d'appel a donc pris la décision de remettre en liberté Daniel Malgouyres dans cette procédure.  C'est une "avancée", une "porte de sortie juridique", déclare son avocat.

Cambriolage du Jardin Saint-Adrien à Servian : 2 suspects mis en examen et écroués

Mardi 28 novembre, 4 personnes ont été placées en garde à vue dans l'affaire du cambriolage du Jardin Saint-Adrien à Servian dans l'Hérault. Il s'agit pour certains de proches du propriétaire. 2 ont été mises en examen pour complicité de tentative de vol avec arme et placées en détention provisoire.


Daniel Malgouyres reste en détention


En revanche, la cour d'appel de Montpellier a refusé de remettre en liberté Daniel Malgouyres dans la procédure pour meurtre. Il est donc toujours en détention. Avant d'être placé en détention, le propritaire du Jardin Saint-Adrien avait été placé sous contrôle judiciaire, et il avait l'interdiction d'avoir des armes en sa possession. Il avait été placé en détention, justement parce qu'une arme a été découverte à son domicile. C'est pour cette même raison qu'il est aujourd'hui maintenu en détention.

Un lien entre les cambrioleurs et le propriétaire ?


Mais cela ne fait pas de lui un meurtrier, bien au contraire, selon Me Darrigade qui explique que son client avait cette arme car il avait peur, dans la mesure où le deuxième cambrioleur présumé n'avait toujours pas été arrêté. "Une peur qui l'innocente", selon son avocat.
Comme nous vous l'indiquions en octobre dernier, les enquêteurs étudient un possible "lien" entre les cambrioleurs et le propriétaire des lieux, qui nie les connaître et toute complicité. Il plaide d'ailleurs toujours la légitime défense.

Cambriolage du Jardin Saint Adrien à Servian : le propriétaire mis en examen pour tentative de vol

Déjà mis en examen pour homicide volontaire, Daniel Malgouyres, le propriétaire du jardin Saint-Adrien à Servian, est mis en examen pour complicité de tentative de vol avec arme. Il nie tous liens avec les cambrioleurs. Il a été incarcéré en détention provisoire vers 21h.


Aucune raison de le remettre en liberté selon l'avocate générale


Lors de ses réquisitions à l'audience, l'avocate générale Manon Brignol a expliqué qu'il n'y avait aucune raison, selon elle, de remettre en liberté le propritaire du Jardin Saint-Adrien à Servian, rapportent nos confrères de France Bleu Hérault. Elle a rappelé qu'il a violé la seule obligation que lui imposait son contrôle judiciaire (ne pas posséder d'arme), les gendarmes ayant retrouvé un fusil et des munitions chez lui, lors d'une perquisition le 17 octobre 2017. Elle a par ailleurs indiqué que Daniel Malgouyres assure avoir tiré sur l'un des cambrioleurs "en état de légitime défense". Mais selon l'avocate générale, cela ne correspond pas tout à fait aux déclarations de son épouse. Daniel Malgouyres aurait assuré avoir tiré parce que le cambrioleur menaçait directement sa femme alors que sa femme affirme qu'elle n'était pas au même étage de la maison que son mari au moment du coup de feu, a également expliqué l'avocate générale lors de ses réquisitions.

Qui est le commanditaire ?


Selon Me Jean-Marc Darrigade, avocat de Daniel Malgouyres, le lien entre les cambrioleurs et son client est Richard Llop, un ami de la famille qui est lui aussi incarcéré. Me Darrigade l'accuse même d'avoir commandité le cambriolage qui s'est déroulé en octobre dernier. "Ça se passe mal dans le couple", explique Me Darrigade. "Richard Llop avait pris le parti de la femme de Daniel Malgouyres et s'était rapporché d'elle, donc s'il est le complice de quelqu'un, c'est plutôt son complice à elle.", poursuit l'avocat du propriétaire du jardin. "Il a fait une trahison, il sait où est l'argent, il est allé le chercher.", conclut Me Darrigade.

Un cambrioleur tué à Servian dans l'Hérault : y avait-il légitime défense ?

Un cambrioleur a été tué, jeudi soir, à Servian, près de Béziers dans l'Hérault. Le propriétaire de la maison a été placé en garde à vue, indique Angélique Depétris, substitut du procureur de Béziers. L'enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie pour déterminer notamment s'il était en situation de légitime défense.


Rappel des faits


Pour rappel, l’affaire remonte à la nuit du 5 au 6 octobre dernier. Deux cambrioleurs se seraient introduits dans la maison des propriétaires du Jardin, et les auraient menacés. Daniel Malgouyres s'est alors saisi d'une arme et a tiré sur l’un des cambrioleurs, qui n’a pas survécu, avant que l’autre ne prenne la fuite. 2 des 4 personnes poursuivies dans cette affaire sont des membres de l’entourage amical du couple Malgouyres, propriétaire du jardin.

A lire aussi

Sur le même sujet

Aude : la pyrale du buis cause de nombreux dégâts

Les + Lus