Coronavirus : des hélicoptères et des drones pour faire respecter le confinement dans l'Hérault

Les drones vont survoler les plages mais aussi les quartiers où le confinement n'est pas respecté - mars 2020 / © Police 34
Les drones vont survoler les plages mais aussi les quartiers où le confinement n'est pas respecté - mars 2020 / © Police 34

Malgré les interdictions prises par les préfectures des différents départements du littoral méditerranéen, trop de promeneurs ont été aperçus sur les plages. Dans l’Hérault, des hélicoptères et des drones ont été mis en place pour faire respecter le confinement, notamment à Palavas et Carnon.

Par Joane Mériot

Un hélicoptère pour survoler la plage


Dans l’Hérault, le confinement a du mal se faire respecter. Le soleil brille et les plages attirent alors les promeneurs. Ils sont encore trop nombreux à venir des villes voisines pour profiter du soleil et de l’air marin.
Seulement c’est interdit, et ça vous êtes beaucoup à ne pas l’avoir compris.

C’est pourquoi, les services de police de l’Hérault ont engagé un hélicoptère dans le but de faire respecter le confinement. Il a survolé toute la bande littorale de Carnon à Marseillan.
 


Avec au sol, des moyens humains pour sillonner le littoral.

Deux drones aussi


Au-delà des hélicoptères, la technologie est également mise à contribution pour faire respecter le confinement, partout sans exception. Ainsi, la police de Montpellier s’est équipée de deux drones.

Ils ont déjà survolé la plage, mais ils vont également servir pour effectuer des reconnaissances dans les quartiers où les gens ne respectent pas le confinement.


Le but des drones c'est de faire une reconnaissance pour savoir si on a des points de fixation dans les quartiers et éviter d’envoyer une équipe pour qu’elle se retrouve dans une embuscade. Il y a  des poches de résistance. Les individus qui sont toujours au même endroit et qui vont être verbalisés à quatre ou cinq reprises seront sanctionnés pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui, ils pourront être placés en garde à vue. 
- Yannick Blouin, le directeur départemental de la sécurité publique de l'Hérault

 

Les policiers peuvent verbaliser mais aussi placer en garde à vue

 

Les forces de l’ordre rappellent alors que si vous sortez sans attestation ou si votre sortie n’est pas justifiée, vous pouvez être verbalisé à hauteur de 135 euros. Pour ces verbalisations répétées vous pouvez être sanctionné pour mise en danger de la vie d’autrui, ce qui constitue un délit.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus