Coronavirus : à Palavas, rencontre avec des mineurs isolés dans un centre de confinement temporaire

Les migrants mineurs isolés sont habituellement pris en charge par le conseil départemental et logent à l'hôtel. Mais depuis 1 mois, certains d'entre eux ont été regroupés et confinés dans un centre de vacances de Palavas, près de Montpellier. Une nouvelle vie en collectivité pas toujours évidente.

Palavas (Hérault) - la cour du centre temporaire de confinement pour mineurs isolés - avril 2020.
Palavas (Hérault) - la cour du centre temporaire de confinement pour mineurs isolés - avril 2020. © F3 LR

"Vous êtes passés par le Mali ?" demande l'éducatrice à 2 jeunes assis face à elle...

"Non, moi je suis venu par le Sénégal, la Mauritanie et le Maroc, direct".
"Moi, je suis passé comme ça par la Tunisie".

Thierno, Mamadou Moussa et Daniel viennent de Guinée. Mineurs isolés et migrants, ils sont pris en charge par le département de l'Hérault et jusqu'au début du confinement, le 17 mars, ils étaient hébergés dans des hôtels de Montpellier. Mais avec une quarantaine d'autres adolescents, les 3 jeunes vivent désormais dans une colonie de vacances... à Palavas.
 

A cause de la maladie, ça a perturbé beaucoup de choses... On était au lycée, mais depuis, c'est compliqué pour tout le monde...
Ici au moins, on est avec l'éducatrice, à l'hôtel on est pas avec eux mais ils nous rendent visite. Pendant le confinement, c'est mieux d'être ici, ils veillent sur nous matin, midi, soir...

 
Pour l'association Coallia, qui gère le centre, il a fallu mettre en place une équipe, créer des liens avec ces mineurs, bref, inventer un modèle.
 

Gaëlle est éducatrice : "c'est assez varié en fait, il n'y a pas de journée type. On fait sur le tas, on est tous multifonction ici.

 
Palavas (Hérault) - la cour du centre temporaire de confinement pour mineurs isolés - avril 2020.
Palavas (Hérault) - la cour du centre temporaire de confinement pour mineurs isolés - avril 2020. © F3 LR

Dans la cour de la colonie de vacances, une vingtaine de jeunes se défoule avec les exercices proposés par les animateurs sportifs.
Tous sont des bénévoles du 3M TKD. Le club de taekwondo de la métropole de Montpellier vient soutenir le travail des éducateurs. Pas facile de garder confinés des adolescents venus de tous pays et peu habitués aux contraintes d'un internat.
 

Karim, 3M TKD : "Nous ce qu'on peut proposer, ce sont des activités variées qui permettent à ces jeunes de se dépenser, de se canaliser et de s'aérer pendant ce confinement".

Said, association Coallia : "On essaye de préparer les citoyens de demain. L'objectif de cette prise en charge est double, préparer l'après confinement et faire respecter les règles sanitaires pendant cette crise.


Dans ce collectif, peu habitué au confinement et aux règles de vie européennes, il faut aussi apprendre et faire respecter les gestes barrières et l'hygiène en période de crise sanitaire. Une mission confiée à l'infirmière du centre.
 

Lila : "Dans un site confiné, avec 40 jeunes hommes, pas facile de respecter les gestes barrières. Il faut leur apprendre les bonnes pratiques, comme se laver les mains souvent, tousser dans son coude, la propreté des chambres et le nettoyage de ce que l'on touche. Ils ont tous des problèmes de dents. (...). On leur apprend aussi la nutrition, faire la cuisine mais avec des règles sanitaires strictes...

 
Le centre de vacances de Palavas restera un hébergement temporaire pour mineurs isolés tant que le confinement l'exigera, au moins jusqu'au 11 mai.
 
Palavas (Hérault) - le centre temporaire de confinement pour mineurs isolés - avril 2020.
Palavas (Hérault) - le centre temporaire de confinement pour mineurs isolés - avril 2020. © F3 LR
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeunesse société famille coronavirus santé migrants immigration sécurité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter