Coronavirus : Restinclières désinfecte ses espaces publics

Le maire Genies Balazun (SE) désinfecte la place du village
Le maire Genies Balazun (SE) désinfecte la place du village

Depuis le début de la crise sanitaire, la maire de Restinclières dans la Métropole de Montpellier  appelle les bénévoles à participer à une  désinfection hebdomadaire des places et des trottoirs du village.

Par Sylvain Jaeger

Tous les mercredis, Génies Balazun, maire de Restinclières (Hérault), aidé de bénévoles, désinfecte les principaux lieux de passage du village : jardin pour enfants, rues passantes, place du marché... Objectif : limiter au maximum la propagation du virus dans la population. 

"On l'a vu en Chine, mais plus près de chez nous aussi, en Pologne ou République Tchèque, l'espace public est désinfecté régulièrement. Je pense qu'il serait temps de passer à l'étape supérieure et ne pas être attentiste dans cette situation"


En Chine, la population a pour habitude de cracher dans la rue. Cette pratique perdure dans tout le pays étant donné qu'il est recommandé par l'ancestrale médecine chinoise de ne rien garder à l'intérieur de soi car cela n'est pas bon pour le corps. Ces pratiques expliquent largement l'usage du désinfectant dans la rue.

 
Un volontaire équipé de matériel de désinfection dans une rue de Wuhan / © STR/AFP
Un volontaire équipé de matériel de désinfection dans une rue de Wuhan / © STR/AFP


Mais quand est-il chez nous ? Si les scientifiques n'excluent pas que le virus reste actif sur le sol pendant plusieurs heures, ils minimisent le risque d'une contamination par les chaussures. 

Fatalement, si je marche sur un crachat contaminé, le virus peut potentiellement survivre sur la semelle de ma chaussure et se déposer sur les sols de ma maison, même si l'on sait que la capacité de virulence est faible"  explique Yves Coppieters, épidémiologiste et professeur à l'École de Santé publique de l'Université libre de Bruxelles (ULB). Certains préconisent même de laisser les chaussures à l'extérieur de l'appartement.


Pour le maire de Restinclières, le danger dépasse la simple contamination par les semelles.  

"Nos enfants, sont parfois amenés à prendre l'air, ils n'ont pas nos reflexes sanitaires et sont susceptibles de mettre leurs mains au sol. Le risque existe donc."

Il vient d'envoyer un courrier à la Métropole, qui a pleine et entière compétence de l'espace public, pour regretter l'absence d'action préventive. En attendant, il prévoit un nouveau nettoyage de sa commune aujourd'hui à partir de 13 heures 30.


 

Sur le même sujet

Les + Lus