• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Double meurtre aux Rives dans l'Hérault : le père dit avoir suivi “un plan de suicide collectif” conçu avec sa femme

Les Rives (Hérault) - la gendarmerie sur les lieux du double meurtre - 18 juillet 2019. / © F3 LR
Les Rives (Hérault) - la gendarmerie sur les lieux du double meurtre - 18 juillet 2019. / © F3 LR

Le drame qui s'est produit aux Rives, au nord de Lodève, dans l'Hérault était déjà horrible, avec la découverte des cadavres d'une mère de 43 ans et de sa fillette de 20 mois mais les circonstances qui ont conduit à ce drame sont pires. Le procureur de Montpellier s'est expliqué ce vendredi.

Par Fabrice Dubault


Christophe Barret, le procureur de la République de Montpellier a fait le point ce vendredi lors d'une conférence de presse sur le double meurtre des Rives.

Tout commence pour les enquêteurs, mercredi, par un appel téléphonique pour leur signaler, 2 meurtres, dans une maison du village des Rives qui compte moins de 150 habitants.

Les gendarmes de Lodève se rendent sur place, à l'adresse indiquée sur le plateau du Larzac, et découvrent effectivement les corps d'une mère de famille de 43 ans et de son bébé de 20 mois, tués par arme à feu.
 
Double meurtre aux Rives dans l'Hérault : le père dit avoir suivi
Le drame qui s'est produit aux Rives, au nord de Lodève, dans l'Hérault était déjà horrible, avec la découverte des cadavres d'une mère de 43 ans et de sa fillette de 20 mois mais les circonstances qui ont conduit à ce drame sont pires. Le procureur de Montpellier s'est expliqué ce vendredi. - F3 LR : S.Béchir et T.Will
 

Une femme et sa fillette abattues... en vue d'un suicide familial collectif


Selon le père et compagnon des 2 victimes, qui a avoué être l'auteur des 2 crimes, il a suivi un projet de suicide collectif pensé avec sa femme.
Le couple ne pouvant supporter une prochaine mesure de placement de leur 3e enfant, une fillette de 20 mois, avait décidé de mettre fin aux jours de toute la famille, soir 2 adultes et 3 enfants.

Mardi soir, le père débute sa macabre entreprise. Il tue sa femme et son nourrisson de 20 mois dans leur maison, de plusieurs coups de carabine chacun.
Il part ensuite chez ses parents en Bretagne chercher ses 2 autres enfants, des garçons de 12 et 7 ans, qui y sont en vacances. Il les récupère dans l'objectif de les tuer également puis de se suicider.

Mais sur le chemin du retour vers l'Hérault, lors d'une conversation téléphonique avec sa mère, il lui avoue avoir abattu sa femme et sa fille puis lui explique son projet final.
Heureusement, la mère arrive à dissuader son fils de poursuivre cette mortelle aventure. Et un membre de la famille prévient les gendarmes.
 

Le père avoue en garde à vue


A son retour aux Rives, le père de 39 ans est arrêté par les forces de l'ordre, ses 2 fils de 12 et 7 ans sont sains et saufs.

Placé en garde à vue, il avoue les faits et explique sa terrible entreprise. Durant la nuit qui suit, l'homme fera une tentative de suicide avortée en tentant de se taillader les veines avec la fermeture Eclair de son pantalon.
 

Un expert en psychiatrie n'a relevé aucun problème de discernement. Aucun élément lié à des violences conjugales, ni de dérive sectaire, n'a été constaté", a précisé le magistrat, évoquant une famille "très discrète" mais "bien insérée socialement".


Le père auteur du double meurtre est mis en examen et écroué pour assassinat sur conjoint et sur mineur de 15 ans.
 
Interview de Christophe Barret
Christophe Barret - procureur de la République de Montpellier s'explique sur le double meurtre aux Rives dans l'Hérault : le père dit avoir suivi “un plan de suicide collectif” conçu avec sa femme. - F3 LT : Images T.Willl

 

La fillette de 20 mois malade devait être retirée aux parents


Une décision de placement du nourrisson, après un signalement des services sociaux, serait à l'origine du projet de suicide familial collectif.
Le couple était convoqué à l'hôpital pour procéder à la pose d'une sonde naso-gastrique au bébé pour l'alimenter, car la fillette était malade et son développement était insuffisant pour son âge.

La procureur a aussi noté que les enfants de la famille n'était pas scolarisés, ni vaccinés.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

De la source du Danube au Grau-du-Roi en kayak : une aventure de plus de 7 000 km

Les + Lus