Salon du Multicoque à la Grande-Motte : vers des bateaux plus écoresponsables

Le Salon du Multicoque se tient à la Grande Motte pendant cinq jours du 3 au 7 avril 2024. Nos journalistes sont partis à la recherche du catamaran le plus écoresponsable, pour savoir si cette industrie se met ou non au vert.

Le Salon du Multicoque est installé sur l'eau à la Grande Motte depuis mercredi 3 avril 2024. Ce rendez-vous mondial est un moment privilégié pour l'industrie nautique d'Occitanie.

En effet, la région est première sur ce marché de niche et la France fabrique 65% des catamarans vendus dans le monde. L'industrie nautique française représente 1 200 entreprises et 2 000 emplois en Occitanie. (chiffres de 2022).

Alors derrière ces chiffres encourageants, nos journalistes ont mené l'enquête : cette industrie se met-elle au vert ? Il semblerait qu'il reste encore du chemin à parcourir mais certains ont franchi le pas !

Construire un catamaran plus propre

Dans le port, c'est un chantier de Canet-en-Roussillon qui a attiré l'attention de l'équipe de France 3. Le catamaran "Windelo 50" est le dernier né de la jeune marque.

Leur objectif ? Construire le premier catamaran de grand voyage le plus propre possible. Et pour cela ils se sont appuyés sur l'expertise d'ingénieurs dont le laboratoire de l'École nationale supérieure des mines d'Alès.

"Il faut savoir que 60% des éléments constituant un bateau c'est du composite", explique Gautier Kauffmann, un des cofondateurs du chantier Windelo.

Le composite, c'est "un sandwich composé d'une fibre, d'une âme et de résine", ajoute-t-il. L'équipe s'est donc concentrée sur ce composite pour le rendre le plus écoresponsable possible.

Un nouveau composite "sandwich"

De cette réflexion est né un nouveau composite sandwich constitué de :

  • Basalte pour remplacer la fibre de verre (une roche qui constitue en grande partie la croûte océanique)
  • Bouteilles d'eau recyclées pour remplacer la mousse

10 fois moins d'eau utilisée

Dès lors, les progrès sont flagrants : lors de la conception du bateau, dix fois moins d'eau est utilisée et des matériaux bien plus écologiques sont privilégiés.

Ce sandwich réduit notre empreinte carbone de 47% sur la partie construction.

Julie Rosière - Chargé du Marketing Chantier Windelo

Dotés aussi de moteurs 100% électriques, fonctionnant grâce au vent, au soleil et à la force de l'eau, ces 54 pieds de 13 tonnes seront aussi plus faciles à déconstruire dans 50 ans.

Mieux penser pour mieux déconstruire

Car la notion d'écoresponsabilité ne se joue pas que dans la construction. Et ça, la France l'a bien compris, elle est pionnière en matière de déconstruction.

"On est en avance, on est les premiers au monde à avoir créé il y a cinq ans une filière de déconstruction des bateaux", argumente Fabien Métayer, le délégué général de la Fédération des Industries Nautiques.

Aujourd'hui ça nous permet de travailler sur la recyclabilité de nos bateaux et à l'autre bout de la chaîne, sur l'écoconception.

Fabien Métayer - délégué général de la Fédération des Industries Nautiques

En s'engageant tout au long de la vie du bateau pour réfléchir de manière plus écoresponsable, la France navigue vers une industrie nautique plus verte.