Voile : la relève se prépare, les espoirs des Jeux Olympiques hissent la grand voile à la Grande-Motte

Plus sur le thème :

A un an des Jeux Olympique de Paris 2024, "le Pôle Espoir de Voile Jeune" est en plein entraînement à la Grande-Motte. Rencontre avec les futurs champions de demain.

Ils appartiennent à ce qu’il se fait de mieux en matière de voile en France. C'est la relève et c’est ici au Centre d'Entrainement Méditérranée de la Grande-Motte qu’ils préparent leurs compétitions. Plus d’une dizaine par an.

"On prépare un Championnat du Monde, je pense que là, il faut vraiment que vous commenciez à reposer vos regards sur l'extérieur et sur vos adversaires", conseille le coach à une dizaine de jeunes. Mais depuis quelque temps, ce sont les JO de Paris 2024 qui focalisent toute leur attention.

Toutes les Nations commencent à monter les curseurs et naturellement, tous les athlètes commencent à le faire aussi, dont les Français.

Hugues Puimatto Entraineur national Espoirs

"Ça commence à se durcir un petit peu sur l'eau, sur les entraînements, sur les régates aussi. Tout le conflit sur l'eau est beaucoup plus dense, les flottes sont beaucoup plus denses à l'heure actuelle. Donc les épreuves de sélection pour les Jeux pour les autres nations arrivent cet été, toutes les Nations commencent à monter les curseurs et naturellement, tous les athlètes commencent à le faire aussi, dont les Français", explique Hugues Puimatto, entraîneur national Espoirs. "Le but c'est d'amener de la sérénité et de l'apaisement afin qu'ils travaillent dans les meilleures conditions possibles." 

Leur bateau, le voici, c'est un Nacra 17 à Foil. Ce catamaran olympique est entré dans l’histoire des Jeux dans cette version à Pékin en 2020. Léger, vif et sportif, il est le catamaran de compétition par excellence !

"La spécificité qu'a ce support aux Jeux Olympiques, c'est qu'il est mixte. C'est un garçon et une fille, cela peut être un garçon qui barre ou une fille qui barre, la mixité est de rigueur. Ils apprennent à fonctionner à deux, à être très complémentaires", confie Franck Citeau, directeur sportif CEM. 

À Marseille en 2024 

Margaux, Mattéo, Camille et les autres jeunes champions représenteront l’élite de la voile française dans un futur proche. Une excellence, l’aboutissement d’un travail titanesque réalisé au fil de nombreuses années de pratique.

Alors aujourd’hui à l’approche des JO et d’une possible sélection, ils réalisent le chemin parcouru.

"Là, on rentre dans le dur de la saison, ce mois-ci on va avoir le Championnat du Monde Jeunes, le mois prochain, le Championnat du Monde Séniors, c'est le moment de la saison où on doit être le plus performant", témoigne Margaux Billy de l'Equipe de France jeune. 

"Cela fait à peu près un an que je suis sur ce bateau, donc j'ai encore pas mal de choses à apprendre, c'est ce qui me donne beaucoup d'espoir pour continuer et espérer aller aux Jeux de Paris. C'est un Saint Graal, faire les Jeux dans notre pays, c'est vraiment magnifique", espère Noah Chauvin de l'Equipe de France jeune.

Encore quelques mois de patience pour connaître le nom de l’équipage qui sera retenu pour les Jeux Olympique de voile, qui se dérouleront en 2024 à Marseille.

Écrit avec Jean-Philippe Faure. 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité