Grêle et gel dans l'Hérault : des dégâts chez les maraîchers, les arboriculteurs et les viticulteurs

Les conséquences de la grêle du samedi 6 avril sont plus importantes pour les maraîchers et les arboriculteurs de l'Hérault, autour de Montferrier-sur-Lez et Saint-Gély-du-Fesc. Pour les viticulteurs, c'est le gel de la fin de semaine dernière qui a fait des dégâts du côté d'Hérépian et Bédarieux.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Selon les premières constatations des techniciens de la chambre d'agriculture de l'Hérault, du côté de Montferrier-sur-Lez,  ce sont les maraîchers et les arboriculteurs qui connaissent le plus de dégâts à cause de la grêle de samedi. 

Les viticulteurs autour d'Hérépian sont, eux, victimes du gel de la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 avril.

Un épisode de froid, gel et grêle, qui intervient après un mois de mars particulièrement chaud dans l'Hérault.

Maraîchers et arboriculteurs inquiets

Sur l'exploitation de Yezid Allaya à Montferrier-sur-Lez, les cerisiers, les salades et les blettes ont été très abîmés.

ça va créer des difficultés de trésorerie sur toute la saison qui vient. Sur les fruitiers, on n'aura plus qu'un rendement limité et la saison va commencer plus difficilement que d'habitude.

L'agriculteur est dépité, d'autant que son exploitation a été victime de la neige l'an dernier.


Yezid Allaya estime ses pertes à 5 ou 6 000 euros.

La chambre d'agriculture de l'Hérault a entrepris de faire le tour des exploitations agricoles pour évaluer plus précisément les dégâts du gel et de la grêle.

Le point à Montferrier-sur-Lez avec Sébastien Banus et Nicolas Chatail : 
 


Des dégâts sur les vignes

Plus au nord, sur les contreforts du Caroux à Hérépian, c'est le gel qui a frappé les cultures.

Dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 avril, le mercure est descendu jusqu'à -5 degrés par endroit.

Les bourgeons naissants dans les vignes ont été détruits et avec eux les espoirs d'une bonne récolte, comme l'explique Philippe Coste, le président de la cave coopérative les Coteaux de Capimont à Hérépian.

Au niveau des 350 hectares de la cave coopérative, j'ai bien peur qu'on se rapproche des 50% de perte.

Pas d'aide de l'Etat pour l'instant 

Grêle, gel, les agriculteurs ont vécu une fin de semaine cauchemardesque.

Et plus les jours avancent, plus le nombre de victimes qui se font connaitre augmente.

Mais pour l'instant, le déclenchement d'une aide de l'Etat n'est pas d'actualité, selon Guilhem Vigouroux, responsable vigne à la chambre d'agriculture de l'Hérault.

Pour l'instant, on est sur des situations très diffuses, l'important aujourd'hui, cest le recensement des victimes.

Une réunion des responsables syndicaux agricoles devrait avoir lieu à la fin de la semaine pour envisager d'éventuelles mesures d'aides aux victimes.

Reportage de Sébastien Banus et Nicolas Chatail