Hérault : le Tarnais Thomas Brail dénonce l'abattage de 22 arbres à La Grande-Motte

La mairie de La Grande-Motte a décidé d'abattre des dizaines de pins parasols sains âgés d'une quarantaine d'année. Un programme d'aménagement urbain source de polémique - 29 octobre 2019. / © C.Métairon/FTV
La mairie de La Grande-Motte a décidé d'abattre des dizaines de pins parasols sains âgés d'une quarantaine d'année. Un programme d'aménagement urbain source de polémique - 29 octobre 2019. / © C.Métairon/FTV

Après avoir passé près d'un mois perché dans un platane devant le ministère de la Transition écologique, le Tarnais Thomas Brail part en croisade à La Grande-Motte, dans l'Hérault, où de nombreux pins parasols sains doivent être abattus.

Par Isabelle Bris

Thomas Brail, grimpeur-arboriste et amoureux de la nature, lutte contre différents projets d'abattage d'arbres parfois centenaires.

Pour se faire entendre, ce Tarnais s'est installé le 28 août dans un platane, face au ministère de la Transition écologique.

Ce mardi, le quadragénaire originaire de Mazamet est monté à nouveau au front pour dénoncer l'abattage d'arbres : ému aux larmes, il a dénoncé l'exécution de 22 pins parasols en pleine santé, dans un quartier pavillonnaire de La Grande-Motte.


Décision municipale

Ce programme d'abattage, a priori voté par la municipalité et motivé par des travaux d'aménagement et d'urbanisme, vient de démarrer. Il serait source de polémique depuis plusieurs semaines dans la cité des pyramides.

Mais ni la municipalité de La Grande-Motte, ni l'Office National des Forets -en charge de ce type de dossier- n'ont confirmé, n'ayant pas souhaité répondre à nos questions.

Impossible donc de vérifier l'ampleur du chantier.
 
En attendant, ce lanceur d'alerte s'est dit en colère contre ce qu'il estime être "des destructions illégales non conforme au code l'environnement".
 

Les arbres sont notre oxygène, ils aspirent la pollution et restent nos meilleurs alliés face au réchauffement climatique, 
 

affirme ce passionné qui se bat aux quatre coins de la France pour sauver des arbres majestueux.
 

Voir ces arbres là, de 40 ans, en bonne santé, être mis à terre, ça donne envie de pleurer ! 

Au printemps dernier, cet habitant de Mazamet avait sauvé de l'abattage sept platanes vieux de 200 ans, dans sa commune.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus