• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Filière jihadiste à Lunel : les avocats de la défense plaident la relaxe ou l'allégement de peine

Jeudi dernier s’est ouvert à Paris le procès de cinq Lunellois, soupçonnés d’être au centre d’une filière jihadiste. Mardi, la procureure a requis des « peines lourdes ». Ce mercredi, la parole était à la défense et les avocats ont tenté de minimiser la responsabilité présumée de leur client.

Par Joane Mériot

La procureure est convaincue de l'implication des cinq prévenus dans cette filière. Elle demande à la justice de condamner à 9 ans d'emprisonnement celui qu’elle pense être le pivot : Hamza Mosli. Pour son avocat, cette peine est caricaturale. 

Ce mercredi la parole était à la défense. Et les avocats ont tenté de minimiser la responsabilité présumée de leurs clients accusés d'"associations de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme et de financement d'une entreprise terroriste". 

Certains ont plaidé la relaxe, d'autres un allégement de peine. 

La relaxe pour Saad Belfilalia, accusé de financement de terrorisme.

Le premier à plaider est Maitre Hazan, l’avocat de Saad Belfilalia, il demande la relaxe de son client. Le parquet avait requis 4 ans d'emprisonnement dont 2 avec sursis pour Saad Belfilalia.

Peine allegée pour Adil Barki et Jawad Salih.

Puis c’est au tour de Maitre Nogueras, il défend Adil Barki et Jawad Salih, suspectés tous les deux d’avoir joué un rôle crucial dans les départs d’une vingtaine de jeunes pour la Syrie. La procureure a requis sept ans de prison à l’encontre de Jawad Salih et six ans de prison pour Adil Barki.

L’avocat commence sa plaidoirie par celle d’Adil Bakri, l’un des deux soupçonné d’être parti pour la Syrie, pour lui Adil Bakri serait le moins dangereux.

Maitre Nogueras poursuit sa plaidoirie avec Jawad Salih, ce lunellois de 29 ans qu’il a fait pleurer et avouer sa part de responsabilité deux jours plus tôt.
Aujourd’hui, lors de sa plaidoirie, Maitre Nogueras met en avant la lâcheté de Jawad pour défendre son comportement.

Me Nogueras termine sa plaidoirie en demandant 5 ans de prison pour Jawad Salih dont un an de sursis et de mise à l’épreuve. La procureure, elle en demande 7.

La relaxe pour Ali Abdoumi.

Maitre Money défend Ali Abdoumi, il nie depuis le début être parti en Syrie. La procureure, elle, est convaincue qu'il y est allé avec ses deux filles. Elle requiert 8 ans. Son avocat demande la relaxe. 
 



Peine de 3 ans de prison ferme pour Hamza Mosli.

Au tour de Maitre Pradel, il défend Hamza Mosli. La procureure a requis pour lui la peine la plus élevée : 9 ans d'emprisonnement. 
 



A la fin de sa plaidoirie, maitre Pradel demande 3 ans ferme avec 2 ans de sursis pour Hamza Mosli.

Parmi les prévenus seul Jawad Salih reprend la parole. Il présente des excuses.
Le jugement est mis en délibéré à vendredi 13h30.

A lire aussi

Sur le même sujet

Occitanie : les aides européennes en danger

Les + Lus