La campagne électorale dans la capitale régionale vue de... Paris

Montpellier, la place de la Comédie, les trois Grâces, le tramway et Georges Frêche, le décor emblématique de notre capitale régionale est planté par nos confrères de Paris. La question est, la 7e ville de France, car nous sommes passés devant Strasbourg, restera-t-elle à gauche au soir du 30 mars ?

Montpellier - la place de la Comédie, les trois Grâces et le théâtre - 2014.
Montpellier - la place de la Comédie, les trois Grâces et le théâtre - 2014. © F3 LR

Quel est l'avenir politique de Montpellier à gauche depuis 1977 ? Et comment les dauphins "frêchistes" vont-ils se sortir de ces premières municipales sans leur mentor ?
Comment la capitale du Languedoc-Roussillon va-t-elle prendre le virage électoral de l'après Frêche, décédé en 2010 ?

Autant de questions qui vues de Paris n'ont pas forcément les mêmes réponses que localement.

Il y aurait donc 3 hommes pour succéder à une femme, Hélène Mandroux, maire sortante PS, à qui la rue de Solférino n'a pas renouvelé sa confiance pour 2014.
Reste qu'il y aura, au moins, 8 ou 9 listes en lice, voire 10, et que la participation habituelle n'excède jamais les 54%. Autre inconnue, le vote des nouveaux arrivants dans la ville, ils sont environ 2.900 chaque année, soit plus de 17.000 depuis 2008.

Retrouvez les résultats des Municipales en 2008.

durée de la vidéo: 02 min 52
Montpellier : comment tourner la page Frêche ?

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique parti socialiste jean-pierre moure