Camps roms perquisitionnés à Montpellier : 5 personnes déférées devant le juge

Montpellier - le camp de parc Marianne - 24 octobre 2013. / © F3 LR
Montpellier - le camp de parc Marianne - 24 octobre 2013. / © F3 LR

Cinq personnes ont été déférées, jeudi, dans le cadre d'une affaire de "recel en bande organisée" après la saisie mardi, de cinq tonnes de métaux, principalement du cuivre, dans des camps de Roms à Montpellier, a indiqué le procureur de la République Christophe Barret.

Par Fabrice Dubault


Des mandats de dépôt seront requis à l'encontre de ces cinq personnes qui devaient être mises en examen pour "recels à titre habituel et association de malfaiteurs", a précisé le procureur de la République Christophe Barret.
Les suspects encourent une peine de 10 ans de prison, a ajouté la même source.

Pendant cette deuxième opération, trois tonnes de métaux, essentiellement du cuivre, ont été découvertes dans l'un des camps de Roms, les deux tonnes supplémentaires dans deux autres camps.
Outre les métaux, quelque 300 objets professionnels, des marteaux-piqueurs, des blocs électrogènes, des motoculteurs, mais aussi des machines à café, ont été retrouvés et saisis par les militaires.
Certains de ces outillages proviennent de cambriolages dont le préjudice a déjà été évalué a plusieurs milliers d'euros, d'autres doivent encore être identifiés, a précisé M. Barret, indiquant qu'une procédure incidente pour ces objets a été ouverte.

Un an d'enquête

L'enquête avait démarré en septembre 2012 après un cambriolage. Les investigations et les surveillances ont alors permis de repérer un homme, un Hispano-Marocain, qui venait régulièrement charger du matériel pour le revendre en Espagne, a expliqué M. Barret.

Le démantèlement de cette filière, qui a mobilisé un total de 180 gendarmes, a été mené en deux temps. La semaine dernière, cinq personnes ont été interpellées, dont une, le receleur principal, a été écrouée à la maison d'arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone.
Mardi, 120 gendarmes soutenus par un hélicoptère sont ensuite intervenus dans cinq camps de Roms de Montpellier et de la périphérie sur commission rogatoire du juge Pierre Mathieu.

"Il s'agit d'une enquête de fond et au long cours qui a permis de mettre au jour un important trafic de métaux et d'outillage volé", a souligné le procureur de la République.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus