Clown malveillant : 4 mois ferme pour le Montpelliérain de 18 ans

© AFP
© AFP

Le Montpelliérain de 18 ans  qui s'était déguisé en clown avant de rouer un passant de 30 coups de barre de fer, ce week-end, a été condamné ce lundi à un an de prison, dont 4 mois ferme et 8 avec sursis. Déjà connu pour des vols avec violence, il a été immédiatement écroué.

Par Valérie Luxey

Un an de prison, dont 4 mois ferme et 8 mois avec sursis : voilà ce qu'il en coûte de se grimer en clown à des fins malveillantes. Un Montpelliérain de 18 ans dort ce soir en prison, condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Montpellier, qui le jugeait en comparution immédiate pour "violence avec arme et dissimulation du visage".

Dissimuler son visage est un délit

Il a été reconnu coupable d'avoir roué un piéton de 30 coups de barre de fer, dans la nuit de samedi à dimanche, à Montpellier. Circonstance aggravante : il était maquillé et déguisé en clown, son accoutrement dissimulant les traits de son visage, ce qui est interdit sur la voie publique en France.

Les clowns menaçants envahissent Internet

Le jeune homme était déjà connu pour des faits de vols avec violence. Il semble avoir succombé à la vogue des "clowns menaçants", qui fleurit sur les réseaux sociaux, en provenance des Etats-Unis. Dans l'Hérault, en l'espace d'un week end, 6 plaintes ont été déposées à l'encontre de ces "clowns" qui effraient, menacent ou agressent passants et automobilistes. C'est ce que nous expliquent nos journalistes Emilien Jubineau et Bruno Pansiot-Villon.
Hérault : série d'attaques de clowns malveillants
A une semaine d'Halloween, les policiers héraultais ont recensé pas moins de 10 attaques de clowns malveillants. Nous avons tenté de décrypter ce phénomène.

Les sociologues se penchent sur le phénomène

Sur sa page Facebook, la police appelle à composer le 17 en cas de mauvaise rencontre avec l'un de ces personnages. Et à ne pas céder à la psychose. Car l'inquiétude semble gagner l'opinion à l'approche d'Halloween. Selon la sociologue Véronique Campion-Vincent, ce phénomène est né il y a près de 30 ans, des romans de Stephen King et des films d'horreur américains.
Une sociologue explique le phénomène des "clowns malveillants"
La sociologue Véronique Campion-Vincent décortique pour nous la genèse du phénomène des "clowns qui effraient".

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus