Cet article date de plus de 8 ans

Les employés de Latécoère Aeroservices à Montpellier-Mauguio fixés sur leur avenir le 14 février

Le tribunal de commerce de Toulouse a examiné mardi deux offres de reprise de la société de maintenance d'avions Latécoère Aeroservices (LAS) de Montpellier-Mauguio. Elle est en redressement judiciaire depuis décembre 2012. Décision du tribunal le 14 février.
Montpellier - zone aéroportuaire de Mauguio - les ateliers de Latécoère Aeroservices - 2010.
Montpellier - zone aéroportuaire de Mauguio - les ateliers de Latécoère Aeroservices - 2010. © F3 LR

La société de maintenance d'avions Latécoère Aeroservices (LAS), installée à Toulouse et Montpellier, est encore contrôlée par la famille du pionnier de l'aviation.

Près de 145 salariés devront attendre la décision mise en délibéré au 14 février pour savoir si leur entreprise va survivre, au prix de plus de 50 licenciements prévus par l'offre la plus favorable déposée par Grégoire Lebigot, par ailleurs président de la société Vallière Aviation (pièces détachées d'avion) de Châteauroux dans l'Indre.

Le comité d'entreprise avait rendu un avis favorable lundi soir à cette offre plutôt qu'à celle de l'entreprise STTF, qui propose de reprendre simplement les
15 employés de l'atelier de peinture de Montpellier, a déclaré le secrétaire du Comité d'entreprise Jérôme Cavier (Force Ouvrière).

L'offre de reprise de Vallière Aviation de Châteauroux

En marge de l'audience à huis clos, le repreneur déclaré Grégoire Lebigot, patron de Vallière Aviation a précisé qu'il comptait reprendre 39 des 83 salariés de l'atelier de Cornebarrieu près de Toulouse et 54 sur 60 à Montpellier-Mauguio.
Il entend "réduire les surcapacités, spécialiser le site de Toulouse dans l'entretien des avions régionaux ATR et celui de Montpellier dans les Airbus A320".

M. Lebigot a monté son offre avec la société des Emirats "Sky One FZE" spécialisée dans le fret aérien. La société émiratie représentée mardi par Jaideep Mirchandani devrait apporter l'essentiel des 4 millions d'euros nécessaires au renflouement de Latécoère Aeroservices.
Le candidat repreneur mise sur une "complémentarité" des activités de LAS avec celles de Vallière Aviation, spécialisée dans le démantèlement des vieux appareils.

Latécoère Aeroservices est en difficulté depuis 2010

Le groupe d'équipements aéronautiques Latécoère est actionnaire à 30%, mais c'est un partenaire dormant au côté de la famille Latécoère qui détient 70% du capital et ne souhaite plus garder les rênes ni investir dans l'entreprise.
LAS a perdu 6 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 21 millions en 2011, en particulier sous l'effet de la concurrence de sociétés installées dans des pays à bas coûts, de "problèmes de gestion" et en raison de la suppression d'un loyer d'un million d'euros que lui versait le groupe Latécoère, a indiqué le PDG sortant Jean-Jacques Pignères.
Le groupe Latécoère avait décidé en 2009 de transférer vers ses sites de Toulouse et Gimont (Gers) des fabrications jusque là réalisées à Cornebarrieu.
Le PDG explique que le groupe Latécoère, qui a lui-même connu des difficultés, ne pouvait sauver "une activité qui n'est pas dans son coeur de métier", mais il assure "qu'il fera quelque chose pour le reclassement des salariés licenciés".
Selon lui, Airbus ou Aerolia (structures d'avions) devraient faire de même.

A l'audience, les élus du CE se sont pourtant dits "amers du manque d'efforts du groupe Latécoère".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social aéronautique