• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Erreur judiciaire : les familles d'El Jabri et Azzimani seront indemnisées

 Abdelkader Azzimani et Abderrahim el-Jabri / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Abdelkader Azzimani et Abderrahim el-Jabri / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP

La commission nationale de réparation de la détention provisoire vient de reconnaître le préjudice causé aux victimes d'erreur judiciaire Kader Azzimani et Brahim El Jabri mais aussi à leurs proches. Les familles des deux hommes incarcérés à tort recevront une somme de 490 000 euros.

Par Laurence Creusot

Suite à  leur procès en révision Kader Azzimani, 50 ans, et Brahim El Jabri, 49 ans seront indeminisés à hauteur de 480 000 euros chacun comme l'avait décidé la cour d'appel de Nîmes en novembre 2015. Aujourd'hui à Paris une nouvelle étape a été franchie puisque la commission nationale de réparation de la détention provisoire alloue également une indemnisation aux familles des deux accusés à tort.
"La justice reconnaît enfin le préjudice subi par les proches des deux hommes incarcérés pendant plus de dix ans." explique Luc Abratkiewicz l'un des avocats des deux hommes.
La famille Azzimani recevra 360 000 euros, celle de El Jabri 130 000 euros.

Au total la somme de ces indemnisations représente la somme de 1,45 million d' euros. la justice a décidé de donner 187 euros par jour de détention. Mais comme l'explique leur avocat "difficile d'évaluer la réparation de plusieurs années de détention".
Cette décision marque la fin d'une procèdure.

Le rappel des faits


Kader Azzimani, 50 ans, et Brahim El Jabri, 49 ans, qui ont toujours clamé leur innocence, ont passé respectivement 11 ans et demi et 13 ans derrière les barreaux pour le meurtre à Lunel, de 112 coups de couteau, d'Abdelaziz Jhilal, 22 ans, en 1997. Ils avaient été condamnés le 25 juin 2004 à 20 ans de réclusion criminelle par la cour d'appel de Perpignan.

Deux autres hommes condamnés


L'affaire avait finalement rebondi en mars 2011 avec le revirement d'un témoin et des traces d'ADN mettant en cause un autre suspect.
Deux autres hommes, Michel Boulma et Bouziane Helaili, ont été condamnés en novembre 2013 à Montpellier à 20 ans de réclusion pour cet assassinat.
Depuis 1945, seuls huit condamnés pour des crimes ont été acquittés au terme d'une procédure de révision. Ils sont désormais dix.

A lire aussi

Sur le même sujet

Collioure : une dizaine de personnes blessées par une fusée de feu d'artifice

Les + Lus