Famille syrienne à Montpellier : un hébergement provisoire a été trouvé

Les riverains ont préparé des pâtes et distribués des fruits à la famille de réfugiés / © B.M.
Les riverains ont préparé des pâtes et distribués des fruits à la famille de réfugiés / © B.M.

L'association Gammes a pris en charge à Montpellier la famille syrienne délogée d'un squatt dans le quartier des Arceaux. Les parents ont raconté comment ils avaient été abusés par un logeur syrien. Plainte a été déposée.

Par Laurence Creusot

Ils étaient installés sur le trottoir après avoir été expulsés d'une maison du quartier des Arceaux. Une solution provisoire a été trouvée pour héberger ces réfugiés. L'après-midi même la famille a été acompagnée à l'association Gammes dans le quartier Gambetta qui s'est mobilisée. Quelques heures plus tôt, les voisins s'étaient organisés pour distribuer un repas à la famille.
Selon Michaël Delafosse, le conseiller municipal qui suit le dossier, d'ici quelques jours une solution de logement plus pérenne dans le cadre des dispositifs de solidarité devrait être proposée. 

" Ce ne fût pas simple, mais que c'est rassurant dans la folie des hommes de constater dans le quartier que des gens se mobilise. J'ai réussi à reconstituer leur trajectoire. Ils viennent d'Homs ont franchi beaucoup de frontières pour fuir cette guerre."

La famille syrienne installée sur le trottoir de la rue de la tour Buffel / © B.M.
La famille syrienne installée sur le trottoir de la rue de la tour Buffel / © B.M.

Abusés

La famille a payé 300 euros pour entrer dans la maison qu'elle croyait à louer. Plainte a été déposée contre l'homme qui les a conduit dans cette villa vide qu'il avait répéré. Un ressortissant syrien apparemment, comme eux.
D'après les premiers éléments de l'enquête, cette famille a fui Homs en Syrie et elle venait rejoindre un membre de sa famille, arrivé il y a 8 mois en France. Le jeune papa, parfumeur dans son pays, n'a plus qu'un seul souci, la possibilité pour son fils aîné, âgé de 8 ans puisse aller à l'école.

A lire aussi

Sur le même sujet

Gard : une journée pour briser la solitude des personnes âgées

Les + Lus