François Hollande à Montpellier annonce le maintien de l'APL accession

L'arrivée de François Hollande à Montpellier
L'arrivée de François Hollande à Montpellier

Le président de la République est arrivé vers 10 h 15 à Montpellier au congrès de l'Union sociale pour l'habitat. Il a salué l'action des acteurs sociaux témoins de l'évolution de la société. Il regrette que les logements sociaux ne représentent qu' 1/3 des logements neufs construits en 2015.

Par Laurence Creusot

"La République a besoin de tous les acteurs du logement social pour répondre aux besoins des plus fragiles." a expliqué François Hollande en introduction de son discours à l'Arena. François Hollande s'exprime en clôture du 76e congrès de l'Union sociale de l'habitat (USH) qui réunit quelque 750 bailleurs sociaux à Montpellier.

Le président de la République a expliqué qu'il voulait en venant au congrès de l'Union sociale pour l'habitat "reconnaître l'engagement des acteurs sociaux." Selon François Hollande, le rôle de ces acteurs sociaux ne se réduit pas à trouver un logement mais contribue au bien-être et à l'amélioration du cadre de vie des bénéficiaires des logements sociaux. " Vous êtes les témoins de l'évolution de notre société" a ajouté le chef de l'Etat.

26 ans après Mitterrand

François Hollande a évoqué la volonté de François Mitterrand de donner un toit à chacun. C'est lui qui avait inventé la politique de la ville en confiant un minisytère à Michel Delebarre le maire de Dunkerque. Il y a 26 ans.
Le président de la République s'est dit conscient du manque cruel de logements sociaux : "120 000 logements sociaux construits l'an dernier, le résultat est honorable. Mais cela ne correspond qu'à un tiers de la construction des logements neufs en France"

Le discours de François Hollande à Montpelier

Le maintien des APL accession, les principales annonces


Le président français François Hollande a annoncé que l'APL accession, une aide aux ménages accédant à la propriété qui était en sursis, serait maintenue, et que le Prêt à taux zéro (PTZ+) serait de son côté "élargi et simplifié".

Il était prévu que l'APL accession, versée aux ménages modestes qui accèdent à la propriété soit fortement restreinte à compter du 1er janvier 2016, ce qui suscitait une forte inquiétude dans le secteur de la construction.
Il y a quelques jours la Cour des comptes avait de son côté estimé que l'aide personnelle à l'accession, semblait "répondre de moins en moins aux besoins des ménages accédants".
Cette aide de l'Etat est souvent décisive pour les ménages, notamment modestes, qui obtiennent un crédit immobilier auprès des banques, et sa quasi-disparition aurait eu un effet couperet sur l'activité du secteur du bâtiment, selon les professionnels.
Pour les ménages primo-accédants, souvent modestes, qui empruntent 130.000 euros sur 30 ans, l'APL accession représente une aide de 150 euros, à soustraire d'une mensualité de remboursement de crédit allant de 620 à 650 euros, selon le Crédit foncier.
Le discours de François Hollande à Montpellier suite

L'Etat versera désormais 250 millions d'euros d'aides à la pierre chaque année pour la construction de logements sociaux, au sein du Fonds national d'aides à la pierre, contre 400 millions d'euros auparavant, a annoncé jeudi François Hollande.
Le chef de l'Etat s'est aussi prononcé en faveur d'une "baisse du taux de commissionnement des banques" qui collectent les fonds déposés sur le livret A, et servent à financer le logement social, lors d'un discours au 76e congrès de l'Union sociale de l'habitat
(USH) qui réunit quelque 750 bailleurs sociaux.

Le président n'a pas précisé le niveau auquel il souhaitait voir fixé ce taux dont la baisse permettra aux bailleurs sociaux de réduire d'autant le coût de financement de leurs projets.

"Les aides à la pierre sont un investissement de la République dans son avenir, pour son avenir", avait déclaré Jean-Louis Dumont.
"C'est l'affirmation d'une mission régalienne, d'une politique publique", poursuivait-il.
"En aucun cas, le mouvement HLM ne doit être la FNSEA du logement (...) nous ne pleurons pas, nous travaillons ensemble, nous exigeons au nom de la République", avait-il ajouté.




































Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus