Les greffiers dans la rue à Nîmes et Montpellier

Les greffiers de la cour d'appel de Nîmes assis sur les marches du palais / © France 3 LR / Valérie Banabera
Les greffiers de la cour d'appel de Nîmes assis sur les marches du palais / © France 3 LR / Valérie Banabera

Les greffiers de la cour d'appel de Nîmes étaient assis sur les marches du palais à la mi-journée pour protester contre les menaces qui pèsent sur leur statut.

Par Laurence Creusot


Depuis une dizaine de jours, un mouvement spontané, parti de la cour d'appel d'Agen, s'est étendu à plusieurs dizaines de tribunaux de toute la France, où des rassemblements de greffiers ont eu lieu. C'était encore le cas à Nîmes ce matin.
Il ne s'agit pas d'une grève, mais d'un mouvement de protestation qui se manifeste par le refus par plusieurs greffiers d'accomplir des tâches qui ne relèvent pas, selon eux, de leurs attributions.
Le même mouvement avait lieu le 1er avril dernier.

Les greffiers réclament une réforme de leur statut et une revalorisation salariale. Ils s'inquiètent également des conséquences éventuelles de la réforme dite de la "justice du XXIe siècle", qui pourrait attribuer aux greffiers des missions jusqu'ici assurées par des magistrats.
Lors de la réunion, Mme Taubira a indiqué aux représentants syndicaux qu'elle avait fait état au nouveau Premier ministre, Manuel Valls, de "la nécessité de relancer très rapidement le processus interministériel", selon un communiqué publié vendredi par la Chancellerie.
"Depuis janvier 2014, ce n'est pas moins d'une dizaine de réunions avec les ministères de la Fonction Publique et du Budget qui ont déjà eu lieu sur ce projet de réforme", rappelle la Chancellerie. "Christiane Taubira comprend parfaitement les inquiétudes des fonctionnaires de justice que lui ont relayées les organisations syndicales ce jour et entend y remédier au mieux et au plus vite."

"Ce qu'on attend surtout, c'est l'enveloppe" qui sera allouée à la revalorisation salariale après arbitrage du Premier ministre, a déclaré Isabelle Besnhier-Houben, secrétaire générale SDGF-FO.
L'ensemble des syndicats de greffiers soutient le mouvement, de même que le Syndicat de la magistrature (SM) et l'Union syndicale des magistrats (USM).

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a annoncé que des négociations sur la réforme de leur statut s'ouvriraient le 11 avril.

Montpellier : les greffiers manifestent
Reportage F3 LR : E.Jubineau et C.Métairon

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus