• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Hussein Bourgi officialise la tenue de primaires internes du PS à Montpellier

Montpellier - Hussein Bourgi, Secrétaire fédéral du PS de l'Hérault - 12 septembre 2013. / © F3 LR V.Luxey
Montpellier - Hussein Bourgi, Secrétaire fédéral du PS de l'Hérault - 12 septembre 2013. / © F3 LR V.Luxey

La désignation du premier des socialistes qui conduira la liste PS aux municipales de 2014 à Montpellier, se fera par des primaires internes, ouvertes aux seuls adhérents résidant et votant à Montpellier. Ces primaires auront lieu les 10 et 17 octobre.

Par Fabrice Dubault


Les candidats à la candidature  PS pour les municipales de Montpellier ont désormais jusqu'au 23 septembre pour se déclarer.

Environ 1.800 militants et adhérents du PS depuis plus de 6 mois (carte et cotisation à jour), résidant et votant à Montpellier, seront appelés à voter les 10 et 17 octobre.
Il n'y aura qu'un seul bureau de vote, au siège de la fédération socialiste de l'Hérault. Hussein Bourgi en sera le président.

Au terme de l'élection, le vainqueur sera désigné comme candidat officiel du PS à Montpellier.

Hussein Bourgi a déjà annoncé que l'union devra se faire unanime derrière "l'élu". Aucune autre candidature ne sera tolérée, sous peine de sanctions et d'exclusion.

Il y a déjà 3 candidats déclarés. Hélène Mandroux (maire PS sortante), Jean-Pierre Moure, président de l'Agglomération de Montpellier et le militant Laurent Beaud sont candidats à la candidature à Montpellier.

L'adjoint au maire à la culture, Philippe Saurel, annonce qu'il n'est pas candidat aux primaires PS. Mais il n'exclut rien pour la suite et étudie toutes les options. Il dénonce, toutefois, l'opacité des fichiers d'adhérents qui ne lui ont pas été accessibles, alors qu'il les demande depuis mars 2013. Ce manque de "transparence" et de "démocratie" au sein de la fédération de Montpellier, justifie, selon lui, sa décision.

En outre, en cas d'une primaire militante, l'adjoint à l'urbanisme, Michaël Delafosse, pourrait se lancer dans la bagarre.

 / © F3 LR
/ © F3 LR


La rue de Solférino a tranché pour des primaires internes à Montpellier, faute de "rassemblement socialiste".


Après des mois de tergiversations, le parti socialiste a opté pour l'organisation de primaires internes pour désigner le candidat PS aux municipales à Montpellier, a annoncé jeudi le Premier secrétaire fédéral Hussein Bourgi.

Au cours d'une conférence de presse, Hussein Bourgi a souligné que le PS avait tenté pendant des mois de rapprocher les différentes positions afin de créer l'unité mais qu'il avait été impossible de rapprocher les différents camps.

"On ne peut vivre ensemble sous le même toit quand on ne s'aime pas", a constaté Hussein Bourgi, rappelant cependant que ceux qui "s'affranchiront de la règle se mettront en dehors du parti".



La maire sortante Hélène Mandroux, un militant Laurent Beaud ainsi que le président de l'agglomération montpelliéraine et maire du village de Cournonsec Jean-Pierre Moure, qui a lancé vendredi une pétition pour la primaire, sont à priori candidats à la candidature.
Mais l'annonce de ce scrutin interne, conforme au statut du PS, les 10 et 17 octobre, pourrait changer la donne. Mme Mandroux, 73 ans à la fin de l'année, qui réclamait l'investiture directe, a récemment indiqué qu'elle ne participerait pas à "cette mascarade". Sa réaction officielle était attendue dans l'après-midi.
Philippe Saurel, proche de Manuel Valls, a lui affirmé qu'il ne serait pas non plus candidat à ces primaires et "qu'à ce jour il n'excluait aucune hypothèse".

"Depuis des mois, je demande des documents pour vérifier que les listes des militants sont sincères. Je n'ai rien reçu. Je considère qu'Hussein Bourgi ne veut pas que je me présente à ces primaires", a expliqué Philippe Saurel.



A l'inverse, ce scrutin pourrait inciter d'autres personnes à répondre à l'appel à candidature ouvert depuis mercredi et jusqu'au 23 septembre. Il y a notamment l'adjoint à l'urbanisme Michaël Delafosse.
"Je souhaite une campagne digne, à la hauteur de la ville. Je veux un débat d'idées, de fond, sur le projet", a souligné M. Bourgi, décidé à contrôler les modalités de la campagne puis le scrutin qu'il présidera lui-même dans les locaux de la fédération.
"Les choses seront claires, nettes, transparentes", a-t-il assuré.

Le vote se fera à partir d'une liste théorique de 1.800 militants, dont le Premier secrétaire vérifiera qu'ils sont tous à jour de cotisation, ont six mois d'ancienneté et sont inscrits sur les listes électorales de Montpellier.
Selon M. Bourgi, après la vérification des nouveaux adhérents (300 invalidations), l'adoption du fichier électorale à Montpellier fait de la fédération héraultaise "la plus vertueuse de France aux yeux de Solférino".
"Ce n'était pas du nettoyage, c'était du tri sélectif", a rétorqué M. Saurel, remarquant que de nombreuses critiques ont été émises.

DMCloud:104639
Montpellier : la course à la mairie et les primaires socialistes

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Occitanie : vers une pénurie de miel d'ici la fin de l'année ?

Les + Lus