Cet article date de plus de 8 ans

Jean-Pierre Moure, président PS de l'agglo de Montpellier, lance une pétition pour des primaires socialistes

Le président de l'agglomération de Montpellier et candidat à la candidature socialiste pour les élections municipales, Jean-Pierre Moure, a lancé, vendredi, une pétition, pour que le bureau national du PS décide d'organiser une primaire interne pour l'investiture des élections municipales 2014.

Dans un communiqué transmis à l'AFP, la maire socialiste de Montpellier, Hélène Mandroux, a répondu immédiatement

qu'elle ne participerait "pas à cette mascarade" et a réclamé implicitement son investiture directe.


Au cours d'une conférence de presse, Jean-Pierre Moure, qui a également adressé une lettre au Premier secrétaire du PS Harlem Désir, a rappelé que la désignation des candidats par une primaire militante était inscrite dans les statuts du PS et qu'il était nécessaire de respecter les statuts.

Selon le Premier secrétaire du PS de l'Hérault, Hussein Bourgi, le bureau national doit annoncer, mardi, voire au plus tard le mardi 17 septembre, le mode d'investiture.

Du rififi au PS de l'Hérault

"Ca suffit. Moi mon adversaire, c'est la droite. Maintenant, il s'agit pour ma famille politique de procéder à un mode de désignation".


Cette réflexion a été lancée par Jean-Pierre Moure, entouré de responsables de sa campagne, notamment Julie Frêche, la fille de la figure tutélaire du Languedoc-Roussillon et défunt président du conseil régional Georges Frêche, et de Patrick Vignal, député PS et conseiller au sport de la maire Hélène Mandroux.

"Je suis légitimiste. Je suis fidèle à ma famille politique. Je ne place pas ma personne au-dessus du parti. Cela veut dire que je ne demande pas une désignation. Je ne me prévaux pas non plus de ma fonction", a-t-il ajouté, allusion à ses adversaires socialistes, notamment Hélène Mandroux.


"Je continue à penser qu'une autre voie est possible pour unir et réussir avec les talents de tous! Il ne faudra pas compter sur moi pour participer à une mascarade qui fait insulte au bon sens des Montpelliérains! J'ai proposé une solution de rassemblement et je continue à penser qu'elle est la seule à permettre de préserver notre Ville de ruptures et de fractures", a rétorqué Mme Mandroux.

Selon M. Moure, sa pétition est soutenue par 70% des élus locaux, dont les trois députés (Patrick Vignal, Anne-Yvonne Le Dain et Christian Assaf) et sept secrétaires de section sur les onze que compte le PS. Mercredi, le Bureau fédéral des adhésions (BFA) du PS a annoncé avoir avalisé le fichier des militants mais des voix ont vivement critiqué cette validation.

Outre Mme Mandroux et M. Moure, l'adjoint au maire à la culture Philippe Saurel et le militant Laurent Beaud sont candidats à la candidature à Montpellier.
En outre, en cas d'une primaire militante l'adjoint à l'urbanisme Michaël Delafosse pourrait se lancer dans la bagarre.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique parti socialiste