Languedoc-Roussillon: un parc de logements sociaux largement insuffisant

Immeuble en construction à Montpellier / © PASCAL GUYOT / AFP
Immeuble en construction à Montpellier / © PASCAL GUYOT / AFP

1/4 des demandes de logements sociaux insatisfaites dans la région. Les municipalités sont confrontées à un dilemme, comment gérer la pénurie de logements et répondre à la détresse des ménages ?  C'est l'un des thèmes en discussion au 76 e Congrès de l'Union sociale de l'habitat (USH) à Montpellier.

Par Caroline Agullo

Confrontées à des situations de grande détresse et souvent soupçonnées de piston, les municipalités submergées de demandes se veulent plus transparentes dans l'attribution de logements. Mieux gérer la demande est l'un des thèmes en discussion au 76e Congrès de l'Union sociale de l'habitat (USH) de ce mardi à jeudi à Montpellier.


Le Parc locatif privé est devenu inaccessible à une large partie de la population


Les niveaux des loyers dans la région, et en particulier à Montpellier, sont déconnectés des ressources des ménages. Selon le rapport de la fondation Abbé Pierre sur l'état du mal-logement en France, dans l' Hérault on peut constater un écart variant de 13% à 26 % entre les tarifs du parc privé et du parc social.
Logiquement ces familles aux revenus modestes (45% des demandeurs de logements sociaux de la région ont des revenus inférieurs à 1000 euros contre 36% à l'échelle nationale) se tournent vers des demandes HLM mais cette offre est largement insuffisante.

Les dossiers s'empilent et l'attente dure des années.


Selon la fondation Abbé Pierre, en 2014 seulement 1 demande sur 6 a pu être satisfaite à Montpellier où la pression est particulièrement importante (1 demande sur 4,5 au niveau régional). On constate aussi de fortes tensions sur la frange littorale et à Perpignan, Narbonne et Nîmes.
En Languedoc-Roussillon, il y aurait environ 125 000  logements sociaux dans la région et 46 469 dossiers en attente .



Le parc social dans la région est inadapté aux besoins des ménages.

A la pénurie de logements sociaux s'ajoute une offre inadaptée, une grande partie des familles sont monoparentales avec 1 ou 2 enfants. Selon le rapport de la fondation Abbé Pierre, la demande de logements HLM concerne pour 40% des petits logements (T1 ouT2), or le parc disponible est constituté à 72 % de T3 ouT4 (3 ou 4 pièces).

Le Congrès et le Salon H'Expo
2/3 des habitants de Montpellier sont éligibles aux hlm mais la réalité est plus mitigée;
Quelle mixité sociale dans les hlm de Montpellier
Reportage C. Alazet/J.P.Faure


Rapport au Congrès Hlm 2015


 


Sur le même sujet

Les + Lus