Cet article date de plus de 7 ans

Ligue 1 - Montpellier réagit en assommant l'AC Ajaccio 3-0

Grâce à cette cinquième victoire, la plus large de la saison,  Montpellier remonte à la 12ème place et s'éloigne de la zone rouge.

Montpellier, battu la semaine passée à Lyon (1-0), a bien réagi en obtenant une nette victoire (3-0) aux dépens de l'AC Ajaccio, samedi soir
à la Mosson lors de la 16e journée de Ligue 1. Grâce à cette cinquième victoire, la plus large de la saison, il remonte à la 12e place et s'éloigne de la zone rouge pour compter quatre points d'avance sur le premier relégable.

L'équipe de René Girard s'est remise à l'endroit à la Mosson où elle vient d'enchaîner cinq victoires et deux nuls (PSG, Schalke) toutes compétitions confondues après un début de saison manqué. Montpellier a dicté son jeu collectif à une équipe corse solidaire mais vite dépassée et a étalé une supériorité jamais démentie. Ajaccio, qui a concédé sa 6e défaite de la saison, recule à la 17e place et ne devance Evian qu'au bénéfice du goal-average.

Montpellier installait son jeu durant les vingt-cinq premières minutes et prenait l'avantage sur ses deux premières occasions. En cinq minutes, ses deux attaquants excentrés, John Utaka et Rémy Cabella, réussissaient un coup d'éclat et permettaient au champion de France de mener de deux buts à la mi-temps, pour la première fois de la saison.

A la 28e minute, servi par El Kaoutari, Utaka effaçait Carl Medjani avant d'ajuster Ochoa d'un tir croisé. Quatre minutes plus tard, sur un renvoi imprécis de Medjani, Cabella enchaînait une demi-volée dans le petit filet pour inscrire son cinquième but de la saison.

Sans un sauvetage de Fousseni Diawara sur la ligne pour repousser une tentative de la recrue argentine Emanuel Herrera, à nouveau titulaire, Montpellier aurait pu corser le score dans une mi-temps à sens unique. L'équipe de René Girard maintenait sa domination grâce à une excellente conservation du ballon et des repères collectifs retrouvés. Après deux occasions avortées par Pitau (53) et Herrera (65), le meneur de jeu Younès Belhanda ajoutait un troisième but (67) d'une frappe enveloppée. Malgré les entrées en jeu de Pierazzi et de l'attaquant roumain Mutu, Ajaccio ne mettait à aucun moment le gardien montpelliérain en danger. Au contraire, l'équipe de Girard, lequel avait remplacé Cabella, Herrera et Pitau,
gâchait une dernière opportunité par l'intermédiaire de Charbonnier .

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football