• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Mineur battu à mort à Montpellier : une enquête pour séquestration est ouverte

Montpellier - les enquêteurs et le procureur de la République sur les lieux du drame - 30 mars 2016. / © maxppp
Montpellier - les enquêteurs et le procureur de la République sur les lieux du drame - 30 mars 2016. / © maxppp

Une enquête en flagrance a été ouverte pour "enlèvement et séquestration suivie de mort", après qu'un jeune homme de 17 ans a été retrouvé mort, mercredi matin, dans le centre de Montpellier, a indiqué le procureur lors d'un point de presse tenu sur place. Une autre victime a été légèrement blessée.

Par Fabrice Dubault


"Les secours ont été appelés vers 11H00 et sur place, les pompiers ont retrouvé un homme blessé âgé de 21 ans, dont le pronostic vital n'est pas engagé, et un homme inanimé qui n'a pu être ramené à la vie", a précisé à la presse le procureur de la République à Montpellier, Christophe Barret.

Le jeune homme décédé, retrouvé à proximité de la Maison de quartier Jacques Prévert de la petite cité Astruc, "n'a pas été identifié", mais il y avait "des traces de violences sur le corps", a-t-il dit.

Montpellier - la police scientifique et technique sur les lieux du drame procède aux prélèvements et analyses - 30 mars 2016. / © F3 LR C.Agullo
Montpellier - la police scientifique et technique sur les lieux du drame procède aux prélèvements et analyses - 30 mars 2016. / © F3 LR C.Agullo

Il pourrait s'agir de 2 jeunes originaires de Béziers ou des environs. Mais cette information n'a pu être vérifiée.

Il n'y a que l'autopsie qui pourra nous donner les causes de la mort", a dit le procureur refusant de confirmer des informations obtenues de sources proches du dossier indiquant que le jeune homme, qui ne serait pas majeur, avait été battu à mort et jeté d'une voiture en marche.


Christophe Barret a également indiqué qu'une personne avait été placée en garde à vue, en refusant de confirmer ou d'infirmer qu'il s'agissait du blessé.

"Je ne vous donne pas davantage d'éléments car il y a une enquête criminelle en cours", a-t-il répondu aux questions des journalistes.

Le SRPJ de Montpellier a été saisi de l'enquête.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le pôle mécanique d'Alès a fêté ses 20 ans

Les + Lus