Montpellier réalise l'exploit du match nul 2-2 contre Schalke 04

Camara à la manœuvre avec un joueur de Schalke 04 - 3 octobre 2012 / © PATRIK STOLLARZ / AFP
Camara à la manœuvre avec un joueur de Schalke 04 - 3 octobre 2012 / © PATRIK STOLLARZ / AFP

Montpellier, réduit à dix à la 52e minute, a glané son premier point en Ligue des champions face à Schalke 04 (2-2) grâce à l'égalisation de Camara en toute fin de rencontre, mercredi soir au Veltins Arena.

Par Fabrice Dubault


Comme contre Arsenal quinze jours plus tôt, les hommes de René Girard ont ouvert la marque. Comme contre les Anglais, ils ont plié ensuite deux fois devant à un coup de patte de Camara de réussir le pari de ramener un point d'Allemagne.
Montpellier est troisième du groupe devant l'Olympiakos, battu en Angleterre (3-1).

"On n'a rien à perdre", avait annoncé René Girard, abordant avec plus de confiance et de sérénité, emmagasinées contre Arsenal (1-2) puis à Nancy (2-0), la deuxième apparition du club sur la grande scène européenne.
Comme à Nancy, Girard avait maintenu sa confiance en Camara en pointe, aux dépens de l'Argentin Herrera, tandis que Huub Stevens alignait le jeune Pukki aux côtés de Huntelaar, gardant en réserve Farfan et Afellay.
La mission s'annonçait compliquée pour les Héraultais face à une équipe invaincue dans son chaudron lors de ses 12 derniers matches de poules en compétitions européennes (C1 et C3).
DMCloud:5947
Ligue des champions : Schalke 04 - MHSC - match nul 2 partout
Les hommes de Girard semblaient pourtant avoir laissé les complexes au vestiaire.
Et, divine surprise, ils ouvraient la marque d'une belle frappe enroulée d'Ait-Fana (13), bien servi par Belhanda, pour mener au score comme contre Arsenal deux semaines plus tôt!

Parade de Jourdren

Treize minutes, c'est aussi ce qu'il fallait à Draxler pour égaliser. Servi subtilement par Huntelaar, sur lequel étaient concentrés Hilton et Yanga-Mbiwa, le jeune international partait dans le dos de la défense pour gagner son duel avec Jourdren (1-1, 26).
Face à une équipe relancée, les Héraultais se montraient plus approximatifs, et certains un peu trop nerveux, comme Saihi, ce qui valait à ce dernier un carton jaune et un avertissement verbal du coach lui demandant de ne plus céder aux provocations adverses.
Mais le suspense était toujours de mise à la pause...

Sous pression au retour des vestiaires, les champions de France avaient du mal. Et cédaient une fois encore à ce diable de Draxler. Le jeune international se jouait de Hilton et Yanga-Mbiwa à l'entrée de la surface pour être stoppé irrégulièrementpar Bocaly (52) qui a été exclu dans la foulée.
Le penalty indiscutable était transformé par Huntelaar (53) alors que Draxler quittait le terrain sur une civière, souffrant du poignet droit.
Le courage des Montpelliérains se heurtait aux coups de butoirs adverses. Et il fallait une parade splendide de Jourdren pour empêcher une volée de Huntelaar definir sa course dans les filets (66).
Les entrées de Congré, Marveaux et Tinhan ne changeaient rien à la physionomie de la rencontre, les Héraultais étant sauvé d'une addition plus lourde par la maladresse incroyable de Huntelaar et Afellay.
Jusqu'à ce contre montpelliérain: Camara héritait du ballon et frappait sans se poser de question pour loger le cuir dans le petit filet opposé (90).

René Girard agacé sur le banc de touche durant le match de ligue des champions Schalke 04 - Montpellier - 3 octobre 2012 / © JOHANNES EISELE / AFP
René Girard agacé sur le banc de touche durant le match de ligue des champions Schalke 04 - Montpellier - 3 octobre 2012 / © JOHANNES EISELE / AFP
Interview de René Girard, entraîneur du MHSC :

Il était "fier" de ses joueurs après le match nul arraché à dix sur le terrain de Schalke (2-2) mercredi, "petit exploit" offrant à Montpellier son premier point de l'histoire en Ligue des champions et l'espoir de poursuivre sa campagne européenne.

Q: Comment avez-vous vécu ce scénario incroyable ?
R: "C'est un match qui va faire du bien. On a vu une équipe jouer le coup jusqu'au bout. L'expulsion et le penalty sont indiscutables. Faire ce qu'on a fait à dix pendant 35 minutes, c'est pas évident, surtout à l'extérieur. Ce soir, c'est un petit exploit. Je suis fier de mes joueurs. On a mérité ce point. A 11 tout le
long, cela aurait été une autre histoire".
Q: Le match a été aussi très chaud avec Hubb Stevens (entraîneur de Schalke) ?
R: "Je pense qu'ils n'ont pas pris 4 ou 5 cartons jaunes qui auraient été mérité. Je l'ai dit à l'arbitre et ce Monsieur (Stevens), que je ne connais pas, a trouvé bon de venir m'interpeller. Mais on sait recevoir nous aussi! Je pense que cette équipe, à commencer par l'entraineur, nous a manqué de respect. Et quand on ne respecte pas, on le paye! (A propos d'un éventuel doigt d'honneur au banc allemand?) Ils sont forts quand même. Mais ce n'est pas un problème".
Q: Le but de Camara vous permet de rester en course ?
R: "88e, 89e minute, on se dit que ça ne viendra pas. Il n'y a que Souley (Camara) pour faire un truc pareil! Je l'ai vu ouvrir le pied, mais j'ai cru que le gardien allait la toucher, car c'est un grand escogriffe... J'avais dit en venant que 1 ou 3 points serait un bon résultat. Je suis très content, car la Ligue des champions continue et l'Europa League aussi. Il reste encore beaucoup de matches, dont les deux entre Arsenal et Schalke où les deux pourraient se maîtriser. Il faut y croire jusqu'à la fin. On a montré beaucoup de courage. On ne pourra pas nous enlever ça".

Réaction de Garry Bocaly (Montpellier, expulsé) :

"C'est extra de prendre un point ici, il faut le faire fructifier. Il faut souligner l'état d'esprit de l'équipe. C'est toujours bien, d'autant qu'on a joué à 10 contre 11 pendant près d'une période. (en sortant) Je pensais que je laissais les copains. Il y a penalty mais le rouge est un peu sévère. On va maintenant bien dormir et préparer le prochain match".

Propos recueillis par l'AFP en conférence de presse

A lire aussi

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus