Procès des paris suspects à Montpellier : tous impliqués selon le procureur

Le procureur Desjardins lors d'une interruption d'audience / © France 3 LR / L.C.
Le procureur Desjardins lors d'une interruption d'audience / © France 3 LR / L.C.

A l'issue d'un réquisitoire de plus de 3 h 30, le procureur Desjardins a requis des amendes et des peines avec sursis pour l'ensemble des joueurs du MAHB y compris Nikola Karabatic. Mladen Bojinovic et le buraliste de Prades-le-lez sont considérés comme les organisateurs de la tricherie. 

Par Laurence Creusot

Qu'ils aient parié ou pas, qu'ils aient avoué ou pas, qu'ils soient star du handball ou simple buraliste de quartier, les protagonistes de l'affaire des paris suspects sont tous impliqués dans la tricherie selon l'accusation.
Au terme d'un très long réquisitoire, plus de 3 h 30, le procureur de la République Patrick Desjardins a requis des peines de 3 mois à 6 mois avec sursis et des amendes de 7 500 à 80 000 euros d'amende à l' encontre des 16 prévenus. Il demande au tribunal d'individualiser les peines en fonction de la responsabilité mais aussi de la rémunérationde chacun.
Dans un long développement, très construit,  le procureur s'est appliqué à démontrer par des faits précis comment , la tricherie, la combine entre amis s'est mise en place.

"On parle de faits précis"

Le procureur rappelle que le 12 mai 2012 vers 10 h 00, les ordinateurs de la Française des jeux commencent à s'affoler.
104 887 euros ont été pariés. A midi, les paris sont bloqués.
97,6 % des mises sont faites sur la victoire de Cesson à la mi-temps. Elles sont passées chez 15 détaillants dont 12 à Montpellier entre 10 h 00 et 10 h 50. "L'escroquerie est là. pas ailleurs."
Selon le procureur, l'entente préalable existe à cause des paris engagés sous couvert de l'anonymat et des tickets gagnants récupérés de façon anonyme. On parie en numéraire. On exclut internet.
Entente du fait de l'heure des paris : on ne parie pas avant 10 h 00 pour ne pas changer la cote ou attirer l'attention de la Française des jeux et entente du fait des lieux : on parie principalement à Montpellier

Petite combine entre amis

L'accusation dépeint une petite combine entre amis.
"D'un rêve de potache on en arrive à une escroquerie car chaque joueur en fait bénéficier les proches, les amis."
Selon le procureur le dispositif devient diabolique car l'aléa existe. Même si il y a une infime chance qu'une équipe gagne. Et les deux équipes veulent gagner. "Donc on laisse filer le match."
L'accusation ne leur reproche pas d'avoir truquer le match. "Mais Patrick Canayer leur entraîneur l'a dit les joueurs savent gérer leur score. Ils ont gérer leur retard."

Le rôle de chacun

"Il y avait un meneur, selon le procureur qui désigne Mladen Bojinovic. C'est un meneur d'hommes. Il est totalement addict au jeu."
Bijinovic qui regarde fixement le procureur, l'oeil noir à l'évocation de son cas.
"Bojinovic est un intime de Nicolas Gillet, le buraliste de Prades-le-Lez.
Et puis il y a ceux qui vont faire le match. "Les Karabatic ne jouent pas, Bojinovic non plus, Honrubia est blessé. Cela tombe bien."
"Ils vont gérer le retard du score . Ce n'est que cela." précise le procureur
"On pourra vous raconter tout ce que l'on veut monsieur le président, ce dossier est accablant pour l'ensemble des joueurs présents."
D'où des réquisitions qui n'oublient personne.

Les peines 

Trois mois de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende ont été requis lundi contre Nikola Karabatic devant le tribunal correctionnel de Montpellier, dans l'affaire des paris suspects sur le match de handball Cesson-Montpellier en mai 2012, présumé truqué.

"Il n'y a pas de place pour l'ignorance. Non, non M. Karabatic, il n'y a aucun pari qui a été pris dans votre dos!" a lancé le procureur Patrick Desjardins, s'adressant directement au joueur du FC Barcelone qui avait nié avoir parié et qui réfutait le trucage. 

Le magistrat a demandé au tribunal de condamner "un enfant gâté du sport français".
M. Desjardins a dénoncé une "tricherie en équipe", réclamant des peines d'amendes comprises entre 7.500 et 80.000 euros, et des peines de prison avec sursis allant de trois à six mois contre les 16 prévenus poursuivis pour escroquerie ou complicité.

A l'encontre des sept autres handballeurs, il a requis six mois de prison avec sursis et 60.000 euros contre Mladen Bojinovic, trois mois de prison avec sursis et 20.000 euros contre Luka Karabatic, Dragan Gajic, Issam Tej et Samuel Honrubia.

Trois mois avec sursis ont été demandés, avec des amendes moindres, contre Mickaël Robin (10.000 euros) et Primoz Prost (15.000 euros).

Le procureur a requis 7 500 euros d'amende pour les deux compagnes des frères Karabatic, Géraldine Pillet et Jennifer Priez considérées comme complices.

Reportage et réactions à la sortie du tribunal

Pour la défense, rien de vraiment neuf. Me Abratiewicz estime que Bojinovic est la tête de turc de cette histoire. 
Pour les défenseurs des frères Karabatic, letrucage du match n'a pas été démontré.
Procès des paris suspects à Montpellier: le réquisitoire
Reportage : E. Jubineau/ F.Detranchant

Et le procès continue demain avec les plaidoiries de la défense.
Procès à suivre en direct

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus