Cet article date de plus de 8 ans

Les salariés de Virgin débrayent à Montpellier

Suite à l'annonce du dépôt de bilan du groupe Virgin Megastore, les salariés de l'enseigne installée à Montpellier ont décidé de faire grève quelques heures ce mercredi. Ils se disent inquiets pour l'avenir du groupe.
Devant Virgin à Montpellier
Devant Virgin à Montpellier © France 3 LR
Les salariés de Virgin à Montpellier ont décidé de cesser le travail vers 13 h 30. Ils s'étaient réunis devant le magasin de Montpellier dans les halles Castellane.
13 salariés ont suivi le mouvement, une dizaine distribuait des tracts pour appeler à signer la pétition mise en ligne sur internet.

Plusieurs centaines de salariés de Virgin Megastore se sont rassemblés ce mercredi devant le magasin des Champs-Elysées, à Paris, ainsi que devant d'autres villes  France pour défendre leurs emplois.

Le tribunal de commerce de Paris doit désormais décider si la cessation de paiement (ou dépôt de bilan) peut déboucher sur une procédure de redressement ou sur une liquidation judiciaire.
Virgin Megastore, qui emploie quelque 1.000 salariés, table sur l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire, relevant que cela permettrait
à la direction "de rechercher différentes solutions".
Plusieurs centaines de salariés de Virgin Megastore se sont rassemblés mercredi devant le magasin des Champs-Elysées, à Paris, pour défendre
leurs emplois.

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, interrogée ce matin sur iTélé a dénoncé "la concurrence déloyale" d'entreprises comme le distributeur en ligne Amazon à laquelle s'est heurté Virgin Megastore, ces entreprises n'étant pas imposées comme celles qui sont localisées en France.
La ministre a évoqué le redressement judiciaire de l'entreprise : "On va s'acheminer, sans doute, vers un redressement judiciaire. C'est l'hypothèse
la plus probable. Il y aura à ce moment-là un délai pour chercher un repreneur. Le gouvernement sera entièrement mobilisé pour aider à retrouver un éventuel repreneur et pour suivre au cas par cas la situation de chaque magasin et de chaque salarié".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève