Top 14 : Montpellier-Castres, de nouveau un air de sommet, dédié aux îles Fidji

Le match Castres-Montpellier, le 5 décembre 2015. / © maxppp
Le match Castres-Montpellier, le 5 décembre 2015. / © maxppp

Opposés en phase finale de 2011 à 2014 avant d'en être tous deux écartés en 2015, Montpellier et Castres, qui s'affrontent dans l'Hérault, ce samedi à 20h45, lors de la 17e journée de Top 14, luttent de nouveau ensemble pour la qualification. Une collecte en faveur des Îles Fidji est organisée.

Par FD avec afp


MHR et CO : la greffe des entraîneurs commence à prendre

MHR-CO était ainsi devenu un classique du Top 14, avec en point d'orgue la demi-finale de 2014, remportée à Lille par Castres (22-19 a.p.) au cours de laquelle Montpellier, par méconnaissance du règlement, avait refusé de taper en prolongation une pénalité qui aurait envoyé les deux équipes vers une séance de tirs au but. La troisième défaite de suite en phase finale face au CO pour le MHR, vainqueur du barrage 2011 avant de perdre les deux suivants face à sa bête noire.
Mais Castres a décliné comme lui la saison dernière, échouant à se qualifier pour la phase finale. Depuis, le CO a changé de manager, avec l'arrivée de Christophe Urios, alors que Jake White est toujours à la tête des Héraultais, mais pour son
premier exercice complet.

La greffe sud-africaine semble enfin prendre. Montpellier occupe actuellement la dernière place de barragiste, grâce à une efficacité nouvelle à l'extérieur (victoires à Clermont puis Toulouse lors des deux derniers déplacements), mais manque encore de sérénité à domicile (défaite contre Pau le 20 février).
A Castres aussi la méthode Urios commence à porter ses fruits. Les Tarnais ont remporté quatre de leurs six matches de championnat en 2016, dont le dernier sur le terrain du Racing 92 (13-9), pour rester à portée de la 6e place.

MHR et CO : les mêmes atouts, un effectif différent

Actuel castrais et ancien montpélliérain, le troisième ligne Alexandre Bias ne voit cependant, malgré cette "petite rivalité" née de leurs affrontement passés en phase finale et leur même objectif, aucun point commun entre les deux clubs.

Il n'y a pas les mêmes valeurs, la même façon de travailler, rien. Castres a une longue histoire, Montpellier c'est tout récent (création en 1986) et si la ville est sportive, elle n'est pas "gaga" de rugby. Là-bas, les spectateurs vont au rugby comme à Roland-Garros !", lâche-t-il ainsi.


Leur effectif, désormais à forte connotation étrangère, et sud-africaine, pour le MHR, à consonance davantage française côté castrais, est également différent.

"Jake White a choisi des joueurs sud-africains pour jouer un rugby sud-africain: avec  du combat, de la défense, du jeu au pied de pression et des contre-attaques. Ca rend cette équipe très difficile à battre, à manoeuvrer", souligne Urios... dont l'équipe dispose à peu près des mêmes armes.

Face à Castres, on sait à quoi s'attendre: une défense qui monte vite, un pack très solide et un jeu au pied de pression", explique ainsi le Montpelliérain Benjamin Fall.

Bias en convient, le CO "ne fait pas du rugby champagne, mais il y a davantage de latitude pour jouer, prendre des initiatives, créer, tenter des petits coups".

Attention au faible écart entre le MHR et le CO

Montpellier et Castres sont en tout cas au coude à coude au classement, les Héraultais devançant les Tarnais de seulement quatre points.
L'occasion est donc belle pour eux de prendre une petite option sur la qualification.

"Si l'on venait à perdre, on se retrouverait à huit points d'eux et c'est sûr que ça corserait la fin de notre championnat", reconnaît Bias. Pour son manager Christophe Urios, le CO devra "gagner deux ou trois fois dehors". On parierait qu'il cible
le déplacement de samedi en priorité...

C'est un grand défi qui attend donc le MHR, qui recevra ensuite, d'ici fin avril, ses deux autres plus proches poursuivants actuels, Brive et Grenoble. Pour le relever, il devra faire preuve de constance, lui qui  "alterne le bon et le moins
bon" depuis le début de la saison, d'après Fall.

MONTPELLIER - CASTRES (arbitre: Laurent Cardona)

Montpellier : Lucas - Nagusa, Ebersohn, F. Steyn, Mogg - (o) Catrakilis, (m) Paillaugue - W. Liebenberg, Qera, Ouedraogo (cap) - Privat, Willemse - J. Du Plessis, B. Du Plessis, Nariashvili
Castres : Palis - Caminati, Combezou, Lamerat, D. Smith - (o) Urdapilleta, (m) Kockott - Bias, Faasalele, Caballero (cap) - R. Gray, Samson - Montès, Rallier, Lazar.

Remplaçants
Montpellier : Ivaldi, Watremez, W. Du Plessis, Spies, White, Trinh-Duc, Fall, Mas
Castres : Mach, Martinez, Capo Ortega, Babillot, Seron, Dumora, Vialelle, Tichit

Le MHR et son Fonds de Dotation se mobilisent pour les Îles Fidji

Le 21 février dernier, le cyclone Winston a frappé les Îles Fidji, faisant de nombreuses victimes et de nombreux dégâts sur les différents archipels.

A l’initiative de Jim Nagusa, qui évolue pour les Fidji, profondément ému par cette catastrophe naturelle de grande ampleur, le Fonds de dotation et le MHR organisent donc une collecte de vêtements en faveur de la population fidjienne lors du match Montpellier Hérault Rugby–Castres Olympique, ce samedi à 20h45.
Dès l’ouverture des portes à 18h45, des bénévoles attendront sur le parvis de l’Altrad Stadium, afin de récolter des habits. Il est à noter que les habits légers sont à privilégier en raison du climat fidjien.

Nous comptons tous sur vous et espérons pouvoir remplir un gros container grâce à votre générosité !

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus