Aniane : nouvel accident au pont du Diable malgré la baignade interdite

Un homme d'une trentaine d'années a fait un malaise dans l'eau dimanche, au pont du Diable, à Aniane. En arrêt cardio-ventilatoire à l’arrivée des secours, il a été évacué par hélicoptère. La baignade reste interdite sur ce site très fréquenté au nord-ouest de Montpellier.
 

Le pont du diable, dans les gorges de l'Hérault - juin 2019
Le pont du diable, dans les gorges de l'Hérault - juin 2019 © S.Banus / FTV
Un trentenaire qui se baignait dans l'Hérault, à Aniane sur le site touristique du pont du Diable dimanche en fin d'après-midi, a fait un malaise dans l'eau.


On ne sait pas si la victime avait sauté ou pas d'un rocher avant de faire un malaise. En tous cas, des gens l'ont vite sorti de l'eau et un pompier présent sur le site a commencé le massage cardiaque, ce qui lui a sauvé la vie.


explique le Lieutenant-Colonel Jérôme Bonnafoux du SDIS 34.

Lorsque les pompiers de l'Hérault sont arrivés sur la plage, la victime était en arrêt cardio-ventilatoire.
Placée sous respiration artificielle, elle a été évacuée en urgence absolue vers le CHU de Montpellier par le dragon 34, l'hélicoptère de la sécurité civile.
 
On ignore pour le moment si son état de santé s'est amélioré.


Baignade interdite jusqu'au 2 juin
 

Comme la plupart des plages sur le littoral, celles qui se trouvent au bord des lacs ou des rivières restent interdites jusqu'à mardi, date de la seconde phase du déconfinement.

Néanmoins, le soleil et la chaleur de ce week-end de Pentecôte ont attiré nombre de promeneurs et de familles au bord de l'eau. Depuis samedi, selon Philippe Salasc, le maire d'Aniane, on compte tous les jours près de 150 personnes sur le site.

 

Les gendarmes tournent, font sortir les gens de l'eau, un travail remarquable mais il en est toujours qui s'affranchissent des interdits


Samedi 30 mai, les gendarmes ont déjà évacué près d'une centaine de personnes venues sur les berges du site où la baignade, comme les bains de soleil sur serviette, restent interdits.

Le maire d'Aniane se dit déséspéré par cet énième accident: "Je ne suis même pas en colère, je ressens une grande amertume face à ces accidents".


Le pont du Diable, une dangereuse beauté 

Chaque année, les accidents sont monnaie courante au pont du Diable. Situé au nord ouest de Montpellier, entre Aniane et Saint-Jean-de-Fos, ce pont du XIème siècle classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO au titre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France, attire de plus en plus de monde.

Dès les beaux jours, riverains et estivants se rendent sur les berges et il arrive souvent, malgré les nombreux panneaux d'interdictions, que des jeunes gens s'amusent à sauter dans l'eau, à leurs risques et périls.
 

Sauter des rochers au pont du Diable, c'est comme jouer à la roulette russe ! 

 
Pour Philippe Salasc, "ce site d'une beauté incroyable est victime de son succès."

Chaque année, le maire se désole de voir de jeunes gens de 20-25 ans se tuer ou voir leur vie gâchée par de graves séquelles liées aux sauts depuis les rochers.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers loisirs sorties et loisirs pompiers tourisme économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter