Bac philo à Montpellier : "J'ai dit ce matin à ma mère : c'est comme si j'allais à la plage !"

Dans un contexte d'épreuves aménagées synonyme pour certains de "bac factice" au terme d'une année perturbée par le Covid, plus de 500.000 candidats franchissent jeudi matin les portes des lycées pour passer l'écrit de philo, seule épreuve maintenue avec le grand oral.

L'épreuve de philo a démarré ce matin à 8h
L'épreuve de philo a démarré ce matin à 8h © JP Faure FTV

 "Discuter, est-ce renoncer à la violence ?",  " L'inconscient échappe-t-il à toute forme de connaissance ? ", " Sommes-nous responsable de l'avenir ? ", ce sont les sujets de philo sur lesquels ont planché les élèves de terminale du bac général ce matin. Auquel s'ajoute un commentaire de texte d'un extrait d'Emile Durkheim -  "De la division du travail social (1893)". 

Côté bac technologique, les lycéens ont eu le choix entre :  " Est-il toujours injuste de désobéir aux lois ?", " Savoir, est-ce ne rien croire ?", " La technique nous libère-t-elle de la nature ?" ,  avec un commentaire d'un texte de Freud, le poète et l'activité de fantaisie (1907). 

La meilleure note entre contrôle continu et épreuve sur table 

Plus de 500 000 élèves candidats aux baccalauréats général et technologique passent ce jeudi 17 juin l’épreuve de philosophie entre 8h et 12 h.  Une épreuve aménagée : il y a trois sujets de dissertation au choix au lieu de deux, ainsi qu’un commentaire de texte. 

L'enjeu de cette épreuve s'est toutefois réduit après les annonces d'aménagement en raison de la crise sanitaire : c'est la meilleure note qui sera retenue, entre celle obtenue à l'épreuve et celle du contrôle continu, à condition d'avoir rendu
sa copie.

Ce qui n'empèche pas le stress chez certains lycéens, ce matin un peu avant 8h, devant le lycée Clemenceau à Montpellier. 

Je suis un peu stressé, mais on a ce soulagement de savoir que notre note de l'année comptera, mais gros stress quand même ! Il y a beaucoup d'épreuves que l'on ne passera pas cette année, ce n'est pas un " vrai bac " comme les années précédentes, mais ça stresse ! 

Un lycéen avant l'épreuve de philo au lycée Clémenceau

 

L'épreuve de philosophie donne depuis les années 70 le coup d'envoi des épreuves du baccalauréat. Cette année, pour réduire la pression après une année de Terminale chamboulée par le Covid, le contrôle continu représentera au minimum 82% de la note finale des candidats au bac général et technologique, l'épreuve écrite de philosophie et celle du grand oral correspondant aux 18% restants. Les épreuves de spécialités, qui devaient se tenir pour la première fois en mars, ont, elles, été annulées au profit du contrôle continu.

Des aménagements qui amènent d'autres lycéens à être plus détendus. 

Je suis détendue. J'ai dit ce matin à ma mère : " c'est comme si j'allais à la plage ! " C'est une épreuve de fin d'année, mais vu qu' on a travaillé toute l'année, ça ne changera pas grand chose ...

Une lycéenne avant l'épreuve de philo au lycée Clémenceau

 

Contraintes sanitaires 
    

Sur le volet sanitaire, le ministère de l'Education a prévu une série de mesures. Tous les candidats devront plancher sur leurs copies en étant masqués. Les bureaux seront espacés et nettoyés. Et pas d'examens pour les candidats identifiés comme cas contacts ou positifs au Covid-19, leur note de contrôle continu sera celle prise en compte. 

Pour cette première édition du bac Blanquer, né de la réforme de juillet 2018, quelque 715.000 candidats vont tenter de décrocher le précieux diplôme.  Plus de la moitié (53,7%) présentent le bac général - qui se compose désormais
d'un tronc commun de matières, complété par deux enseignements de spécialités choisis à la carte par les élèves -, 26,5% le professionnel et 19,8% le technologique.
  

  "Ce qui m'a paru important, c'est de maintenir une épreuve terminale. En même temps cette année, nous devions avoir une bienveillance particulière vu la situation", a défendu début juin le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer.

"Bienveillance ", le mot est repris par la rectrice de l'Académie de Montpellier ce matin : " Bienveillance est le maître mot après cette année de crise sanitaire, le contrôle continu joue une grosse part cette année et il était d'autant plus important de maintenir l'épreuve terminale de philo et le grand oral, " précise la rectrice Sophie Béjean. 

 

 " Mascarade"
    

Le constat n'est pas le même du côté de certains profs de philo, qui regrettent le maintien de l'épreuve.
    

" Les élèves vont venir jeudi pour faire simplement acte de présence. Certains m'ont même dit qu'ils viendraient en tongs, quand d'autres lancent des concours à qui fera la meilleure blague sur sa copie", constate Nicolas Franck, président de l'association des professeurs de philosophie de l'enseignement public (Appep).
    

Il dénonce une "mascarade". " Personne ne prend cette épreuve au sérieux, mais ça mobilise de nombreuses personnes pour l'organiser partout en France, pour corriger des copies... Certainement pour rien", déplore-t-il.
    

Les Terminales seront-ils vraiment tentés de rendre copie blanche jeudi ? Les syndicats s'en inquiètent aussi puisqu'un élève qui rendrait une copie vierge pourrait bénéficier à la place de sa note de contrôle continu. 

Depuis 2012, le taux de réussite au baccalauréat dépasse les 80%. L'an dernier, 95% des candidats au bac ont été reçus, un niveau record. Le nombre d'admis devrait être particulièrement élevé cette année encore.

Les résultats du bac seront dévoilés le 6 juillet. Les rattrapages démarreront dès le lendemain et se tiendront jusqu'au 9 juillet.

Tous les résultats seront disponibles le 6 juillet sur franceinfo.fr


   

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société bac