Contrôle technique des motos : pourquoi le démarrage est compliqué à Montpellier

Les contrôles techniques des deux roues sont obligatiores depuis lundi 15 avril 2024. À Montpellier, il semble que ça patine au démarrage : certains centres n'arrivent pas à obtenir le matériel nécessaire à cette nouvelle activité, d'autres préfèrent rester concentrés sur le contrôle des voitures.

Les centres de contrôles techniques ont dû s'adapter pour accueillir les deux roues pour la première fois ce lundi 15 avril 2024. Les contrôles sont facturés autour de 70 euros et dès l’an prochain ils pourraient être encore plus minutieux pour les 300 000 motards de la région Occitanie.

10 000 euros de matériel

Dans un de ces centres à Montpellier, le patron Brice Leignadier s’est très vite positionné sur les contrôles techniques des motos. Il a suivi une formation de quatre jours et a dépensé près de 10 000 euros de matériel.

"Tout ce qui est visibilité, nuisances, ou même freinage, ce sont plusieurs points importants", détaille-t-il alors qu'une moto passe la première étape du contrôle technique sous ses yeux. Là, une sonde positionnée sur le pot d'échappement pour mesurer le CO2 et contrôler la pollution du véhicule.

À lire aussi : Les motos n'échapperont plus au contrôle technique, on vous explique qui est concerné et quand.

D'autres centres hésitent à contrôler des motos. Antoine Martinez n’a pas suffisamment d’espace et ne manque pas de clients automobilistes.

Je ne suis pas motard et la moto c'est un peu particulier, je resterai concentré sur le coeur de mon métier qui est la voiture.

Antoine Martinez - Responsable d'une centre de contrôle technique

Défauts inquiétants

En mettant les mains dans le cambouis Yann Lemonnier découvre parfois des défauts inquiétants lorsqu'il répare les motos.

"Là, ce qui se passe c'est que l'huile de la fourche vient naturellement couler sur les freins et donc non seulement on a plus d'amortisseurs mais on a plus de freins non plus", explique-t-il avant d'ajouter "ce sont des interventions nécessaires pour la sécurité de nos amis motards".

Côté motards

Les rendez-vous s'enchaînent, quelques motos ont été contrôlées dans la journée : les motards ne se précipitent pas.

Mais certains ont voulu se débarrasser de cette formalité pour "éviter les embouteillages sur les contrôles et par sécurité".

J'ai pris rendez-vous le jour même parceque ça a été décidé comme ça donc pourquoi pas ne pas le faire. C'est important de venir contrôler sa moto comme on contrôle sa voiture, c'est une nécessité.

Propriétaire de moto

D'autres ne décolèrent pas et restent mobilisés contre ce contrôle technique. Comme Hélène qui utilise son deux-roues tous les jours et qui ne comprend pas cette dépense qu’on lui impose. "Je le fais parce que je suis obligée de respecter la loi mais je vais traîner les pieds", dit-elle en grimaçant.

Écrit avec Christophe Pétraud.