Covid et politique des transports à Montpellier : les VTC manifestent pour ne pas être la 5ème roue du carrosse

Vingt à trente chauffeurs de VTC manifestent depuis 10 heures du matin à Montpellier contre les refus et retards de versement des aides de l'Etat liées à la crise économique et sanitaire. Ils dénoncent aussi l'impossibilité pour eux d'emprunter les nouvelles voies dédiées aux cyclistes et aux bus.

Les chauffeurs de VTC ont manifesté à Montpellier le 3 février 2021
Les chauffeurs de VTC ont manifesté à Montpellier le 3 février 2021 © Isabelle Bris, France 3 Occitanie

Une trentaine de conducteurs de VTC (Véhicules de Transports avec Chauffeurs) manifeste ce 3 février depuis 10 heures du matin à Montpellier. Ils mènent une opération escargot pour protester contre les refus et retards de versement des aides de l'Etat liées à la crise économique et sanitaire.

Muhammed Kavsut, le président de l'ACIM, explique que les difficultés s'accumulent depuis le changement, à l'automne, du mode d'attribution des aides :

Avant, chacun recevait en 2 ou 3 jours le fonds de solidarité sur son compte professionnel. Aujourd'hui, c'est beaucoup de temps perdu : pour pouvoir recevoir les aides, on doit être contrôlés d'abord sur notre chiffre d'affaires déclaré par rapport à 2019 [année d'avant la pandémie, NDLR]. Or, on attend toujours ces contrôles, et les charges et les impayés s'accumulent.

Muhammed Kavsut,

président de l'Association des Chauffeurs Indépendants de Montpellier

Opération escargot des chauffeurs de VTC dans le centre de Montpellier le 03 février 2021
Opération escargot des chauffeurs de VTC dans le centre de Montpellier le 03 février 2021 © Isabelle Bris, France 3 Occitanie

Pistes cyclables et voies de bus compliquent leur travail

Ils dénoncent aussi leurs difficultés à travailler en ville depuis l'instauration, lors du premier confinement, de voies dédiées aux cyclistes et aux bus. Ils n'ont pas le droit de les emprunter, notamment aux abords des deux gares Sud de France et Saint Roch, selon Adbelali Abdelhamid, le porte-parole de l'Association des Chauffeurs Indépendants de Montpellier (ACIM).

Contactée par notre journaliste Isabelle Bris, la mairie de Montpellier s'est déclarée prête à "étudier la possibilité d'un positionnement des VTC" aux abords de ces deux lieux afin de permettre une prise en charge plus rapide des clients.

Opération escargot en centre-ville

Parti du rond-point du M, le cortège a pris la direction du centre-ville, en roulant au ralenti toutes sirènes hurlantes, mais sans occasionner d'embouteillages selon nos reporters sur place Isabelle Bris et Nicolas Chatail. Ils devaient emprunter les avenues de Toulouse et Clémenceau, le tunnel de la Comédie et le quartier d'Antigone pour rejoindre celui du Millénaire.

Macaron de l'Association des Chauffeurs Indépendants de Montpellier
Macaron de l'Association des Chauffeurs Indépendants de Montpellier © Isabelle Bris, France 3 Occitanie

300 VTC dans la métropole de Montpellier

En fin de matinée, une délégation a été reçue à la direction des Finances Publiques. Une réunion à l'issue de laquelle les protestataires ont estimé que leurs revendications avaient été entendues.
Selon l'Association des Chauffeurs Indépendants de Montpellier (ACIM), il y aurait plus de 300 VTC dans la métropole de Montpellier et leur nombre serait sans cesse en augmentation.
Depuis la crise sanitaire, ils ont vu leur activité diminuer car leur clientèle essentiellement composée de jeunes, d'étudiants et de travailleurs de nuit, est aujourd'hui largement absente en raison du couvre-feu et de la fermeture des bars, restaurants et boîtes de nuit.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie transports urbains automobile vélo polémique société covid-19 santé crise économique taxi emploi manifestation social