Covid. Les sapeurs-pompiers de l’Hérault et du Gard opposés à la vaccination obligatoire

Les sapeurs-pompiers font partie des professions qui devront se faire obligatoirement vacciner contre le Covid-19 avant le 15 septembre prochain, sous menace de sanctions. Les syndicats des sapeurs-pompiers du Gard et de l’Hérault se mobilisent.
Des syndicats de sapeurs-pompiers s'opposent à la vaccination obligatoire pour leur profession - 20 juillet 2021
Des syndicats de sapeurs-pompiers s'opposent à la vaccination obligatoire pour leur profession - 20 juillet 2021 © MAXPPP - Eddy LEMAISTRE

Les sapeurs-pompiers du Gard et de l’Hérault y voient une « atteinte aux libertés individuelles ». Dans le projet de loi concernant les nouvelles mesures restrictives pour enrayer l’épidémie de coronavirus, la vaccination sera obligatoire pour certaines professions, comme les soignants et les sapeurs-pompiers à partir du 15 septembre.

Alors que ce projet de loi doit être présenté ce mercredi 21 juillet à l’Assemblée nationale, les sapeurs-pompiers se mobilisent.

Sept syndicats de sapeurs-pompiers demandent le retrait, pour leur profession, de l’obligation de vaccination contre le Covid-19 dans un communiqué adressé aux Parlementaires ce lundi 19 juillet, dont des sapeurs-pompiers de l’Hérault et du Gard : "C’est une lettre contre l'obligation de la vaccination. Elle est adressée aux députés et aux sénateurs pour les alerter sur le fait de ne pas obliger les sapeurs-pompiers à se faire vacciner. On veut qu’ils nous laissent décider," explique Nicolas Nadal, secrétaire départemental Sud des pompiers du Gard.

Libre arbitre

"Nous ne sommes pas contre la vaccination, nous organisons les vaccinodromes et beaucoup de sapeurs-pompiers sont vaccinés. Mais nous souhaitons que chacun puisse prendre sa décision comme il le souhaite," ajoute le pompier.

Des sanctions ?

Si ces sapeurs-pompiers ne sont pas vaccinés au 15 septembre 2021, ils ne pourront plus exercer leur profession : "Ce qui nous gêne, c’est l’obligation avec en plus la politique du bâton. Au lieu de faire preuve de pédagogie, d’informations et d’expliquer les choses, là on a des sanctions, on nous oblige et il y a des risques de licenciement aussi," nous dit Gilles Arnaud, sapeur-pompier dans l'Hérault.

Assurer la continuité du service public... avec les volontaires non vaccinés

Aujourd’hui, ces sapeurs-pompiers sont d’autant plus inquiets, que l’intérêt de leur profession est remis en question : "Je crois qu’aujourd’hui il faut faire attention à ne pas stigmatiser les gens non vaccinés. Les sapeurs-pompiers sont essentiellement volontaires en France, et si jamais ce personnel là non vacciné ne pouvait plus exercer et partir sur les interventions, je ne sais pas comment nous pourrions assurer la continuité du service public. Nous sommes dans une région qui est très exposé aux feux de forêts l’été et à cette période de l’année si on devait écarter tous les sapeurs-pompiers non vaccinés, je ne sais pas qui pourrait assurer les interventions," conclut Nicolas Nadal.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers covid-19 santé société vaccins - covid-19 politique polémique