Découverte. Un chercheur de Montpellier met au jour le fossile d'un paresseux géant de 4 mètres en Guyane

L'espèce s'est éteinte il y a 12.000 ans et c'est un chercheur de l'Université de Montpellier qui a retrouvé sa trace : le paléontologue Pierre-Olivier Antoine vient d'identifier le fossile d'un paresseux géant de 4 mètres découvert par des chercheurs d'or dans la forêt amazonienne de Guyane.

Les enfants connaissent l'animal grâce au personnage de Sid dans le dessin animé "L'Age de Glace" : on vient de retrouver la trace d'un paresseux géant, espèce disparue depuis 12.000 ans, grâce à un chercheur de l'Université de Montpellier. Le paléontologue Pierre-Olivier Antoine vient d'en identifier le squelette fossile lors d'une récente expédition dans la forêt amazonienne de Guyane, aux côtés du Centre d'Etude de la Biodiversité Amazonienne.

Pouvant peser jusqu'à 4 tonnes, ce spécimen culminait à 4 mètres de haut lorsqu’il était dressé sur ses pattes arrière.

Découvert par des orpailleurs clandestins

Du 12 au 18 octobre dernier, le Montpelliérain Pierre-Olivier Antoine a dirigé les fouilles archéologiques au sud de la commune de Maripasoula, près du fleuve Maroni marquant la frontière avec le Suriname. Ce sont des chercheurs d'or clandestins (aussi appelés Garimpeiros) qui ont mis au jour les premiers restes du fossile, fin 2020. Un intermédiaire a ensuite transmis les informations aux agents du Parc amazonien de Guyane. Puis les archéologues ont pris le relais.

Une page vierge de la Préhistoire

Pour le chercheur de l'Institut des Sciences de l'Evolution de Montpellier (ISEM), la découverte de cet Eremotherium laurillardi (son nom scientifique) est inédite et primordiale :

C'était un animal terrestre et non pas arboricole, avec des dimensions proches d'un éléphant. C'est le premier reste de cette mégafaune éteinte, retrouvé en Guyane et le premier de ce type trouvé en France. Nous allons travailler sur une page vierge !

Pierre-Olivier Antoine, paléontologue à l'Université de Montpellier

Un ours géant herbivore

C'est donc un immense pas en avant dans la connaissance qui vient d'être fait. Les reconstitutions actuelles donnent au paresseux géant l'aspect d'un ours, avec de très grandes griffes et une grosse tête, mais l'animal était lent et herbivore. Le spécimen retrouvé était un juvénile. Il était enfoui à une profondeur d'environ 4 mètres.

Pierre-Olivier Antoine précise que les garimpeiros ont "sans doute trouvé un squelette complet". Malheureusement, de nombreux os sont tombés en poussière sous l'effet de l'acidité du sol de la forêt amazonienne.

durée de la vidéo: 02 min 14
Découverte d'un fossile de paresseux géant en Guyane ©Guyane la 1ère

Squelette complet mais très altéré

Les scientifiques ont toutefois pu récupérer des éléments de la mâchoire inférieure, du maxillaire, du crâne, un radius (élement d'un bras), des vertèbres et des côtes. Disparu il y a 12.000 ans, l'espèce vivait probablement dans un environnement de savane aujourd'hui devenu forêt amazonienne.
En Guyane, il n'aurait pas été contemporain de l'être humain, contrairement à d'autres endroits de l'Amérique du Sud où il est représenté sur des peintures pariétales.

La mise au jour de ce paresseux géant laisse augurer d'autres découvertes pour les paléontogues :

Nous avons l'espoir de trouver d'autres fossiles de mégafaune. La présence d'insectes et d'une dent de poisson parmi les restes prélevés laisse présager que d'autres squelettes pourraient être conservés.

Pierre-Olivier Antoine, paléontologue à l'Université de Montpellier

Les restes de ce squelette fossile ont été ramenés à Montpellier pour être analysés. Mais ils seront restitués à la Guyane dès leur étude terminée.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
forêt nature archéologie culture patrimoine histoire université société recherche sciences insolite animaux